Le chantage made in mafia policière

Le chantage made in mafia policière

http://www.liberation.fr/societe/2015/04/02/un-policier-condamne-pour-avoir-eborgne-un-lyceen-avec-son-flash-ball_1233807


Plutôt que de condamner un policier voyou qui a visé consciemment au flash ball un adolescent puis a trafiqué une fois n'est pas coutume des procès verbaux, voici la réaction indécente de la mafia policière :
« L’interprétation du jugement est assurée par le syndicat Alliance, classé à droite. Christophe Ragondet, responsable en Seine-Saint-Denis, ne fait pas dans la finesse : «Ce tribunal, et ce n’est pas la première fois, affirme clairement qu’en cas de violences urbaines, le flash-ball ne doit pas être utilisé. Bientôt, il ne nous restera plus que nos poings et notre pistolet. Puisqu’on nous refuse les moyens non létaux, nous laisserons faire en cas de violences urbaines.» »


Il s'agit là d'une rhétorique habituelle de la mafia policière : le chantage.


Derrière ce message, ils sont en train de dire que l'on devrait accepter un peu d'abus en échange de services et de protection.


Est ce qu'il viendrait à l'esprit à un syndicat de professeurs de couvrir des violeurs ?


Est ce qu'il viendrait à un chirurgien de tuer un patient qui l'a insulté ?


Non, la police doit être bienveillante comme pourrait l'être un père avec son fils, on n'a pas à échanger notre protection contre le droit de nous assassiner ou de nous faire du mal. La police sait protéger le citoyen et doit se limiter à cela, protéger tous les citoyens même ceux qu'elle n'apprécie pas.


Là dessus, il faut être attentif, exigeant et intransigeant.


Qu'elle le veuille ou non la mafia policière génère un sentiment « anti-police » chez celui qui l'écoute. Le message qu'elle véhicule c'est : « on ne peut pas mieux faire », celui qui en est victime peut le comprendre et se dire que le problème est alors inhérent à la police et qu'il faut être « anti-police ».


Ceci explique le sentiment « anti-police » grandissant en France et dont la mafia policière n'est pas étrangère.


On est d'abord anti-violences policières, on demande tous à être en sécurité. L'homme ne nait pas pour haïr mais apprend à haïr. On sait qu'elle peut mieux faire, ça ne se passe pas comme cela par exemple en Allemagne.


Et si on nous rétorque que l'on a qu'à aller dans d'autres pays si on n'est pas content et que l'on doit se satisfaire de notre condition alors on répondra d'une part qu'il s'agit là encore d'une énième forme de chantage, on leur répondra aussi que si on les dérange par nos actes ou nos paroles qu'ils partent les premiers, mais on leur répondra surtout que ce n'est pas parce que c'est pire ailleurs que c'est plus acceptable.


On nous dira certainement que l'on ignore la réalité du métier, que les policiers sont des hommes pas des machines. On leur rétorquera que les policiers ne se comportent pas ainsi dans d'autres pays, qu'ils savent très bien ce qu'ils font et à qui ils le font et que c'est bien parce que se sont des hommes qu'ils doivent se servir de leur humanité et restreindre leurs passions destructrices surtout dans le cadre de leurs fonctions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article