La disparition des photos du 1er janvier est un avoeu de culpabilité et de préméditation

Les photos du 1er janvier prises par la police judiciaire ont été malhonnêtement remplacées par d'autres photos prises plus tard où les marques s'étaient résorbées. La chambre d'instruction avait demandé d'analyser l'ordinateur et l'appareil photo suite à nos plaintes de disparitions de preuves, ces derniers seront formatées après la décision de les analyser.

Pourquoi ?

  • Parce qu'elles témoignent d'un passage à tabac évident,
  • Parce que la police ne souhaite pas de la vérité.
  • Parce qu'elle savait qu'elle était en capacité d'orienter les experts en contournant des rapports écrits médicaux (rapport du 1er janvier), des rapports écrits de témoins (procès verbaux) mais elle se doutait bien qu'elle aurait incapable de contredire des preuves photographiques.

En ce sens, la disparition des photos du 1er janvier toujours restée impunie est un avoeu de culpabilité et de préméditation d'orientation des expertises suivantes.

On ne nous fera pas croire que WIssam n'a pas été passé à tabac !

Haut de page