En attendant Guéant

Charles Pasqua comme Claude Guéant n'incarnent pas l'autorité, ils n'incarnent pas ceux qui font respecter la loi mais ils incarnent plutôt la posture du Salaud : Celui qui s'autorise à violer la loi et demande aux autres de la respecter.

Avec eux, le laxisme est à géométrie variable. Il ne faut pas être laxiste avec certaines personnes, certains actes, certains groupes, mais ils s'autorisent à l'être avec d'autres. Et ils trouvent ça normal, enfermés dans leur dogmatisme, leur vision étroite du monde.

Ils n'incarnent pas l'autorité mais l'autoritarisme : une vision de l'autorité à sens unique et non réciproque et donc pas universelle.

Pourquoi en Allemagne les policiers sont plus aimés, plus appréciés, plus respectés ?
Pourquoi en Islande la police s'est excusée publiquement pour le seul crime commis depuis son histoire ?
Pourquoi au Royaume Uni, les policiers n'ont pas besoin de porter d'armes ?

Parce que dans ces pays, la population croit en la bienveillance et à l'exemplarité des fonctionnaires de police. Cette confiance ne s'est pas construite pas des mensonges mais par des preuves.

Parce que tous considèrent que l'Etat et ses institutions sont là pour servir et non se servir du peuple.

Cette bienveillance et l'exemplarité n'existent pas en France, tous les jours on nous montre le contraire. Etre injuste ne suffit pas, il faut en plus que l'on nous prenne pour des cons, que l'on nous fasse croire que l'Etat n'est pas perfectible, qu'il nous fasse la leçon via une institution judiciaire aux ordres.

Ils n'incarnent même pas les valeurs chrétiennes, avec eux pas de rédemption, un jeune homme perdu qui aura fait une connerie, parce qu'il est d'un point de vue social, familial, environnemental, plus apte à en commettre voilà tout, se verra rappeler toute sa vie qu'il est un délinquant, un sous homme dont la vie est inutile, supprimable et que la loi n'est plus là pour lui, qu'elle est là contre lui. On ne lui laissera pas de voie de sortie et lorsqu'il cherchera à sortir la tête de l'eau, on s'efforcera à la lui replonger. On pensera qu'en agissant ainsi on en fera un exemple, faut il rappeler que la peine de mort n'a jamais diminué les crimes pour se convaincre que cet argument ne tient pas ?

Ils pensent résoudre des problèmes alors qu'ils sont une partie des problèmes, ils ne s'attaquent qu'aux faibles, se sont des lâches, ils incarnent la violence pure, la mesquinerie, la barbarie froide. Avec eux l'Etat c'est la loi de la jungle, la loi du plus fort, ils montrent que sans les institutions publiques les choses seraient peut être pour une partie de la population meilleure. Pour beaucoup l'Etat incarne ainsi le cimetière des libertés.

« Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais », voici la maxime de leurs actions, de leurs idéologies.

La mémoire collective n'oublie jamais, elle a cristallisée les expériences passées comme chacun a cristallisé ses expériences passées. Ils sont là quelque part en nous.

Un par un, les feux de l'enfer leur seront destinés et le mépris de l'histoire.

commentaires

Haut de page