Sagesse indienne

Sagesse indienne

Nous sommes tous gouvernés par des pilotes de vie. Des programmes que l'on a intériorisé qui motivent nos actions par habitude.

Au message "Tu aurais pu faire mieux", l'enfant va construire le "Sois parfait !"

Le message "Arrête de pleurer" va se traduire par "Sois fort !"

Le message "Tu n'es pas gentil" donne le driver "Fais plaisir !"

Le message "Tu n'as plus rien à faire ?" engendre "Fais des efforts !"

Le message "Tu n'as pas encore fini ?" donne "Dépêche toi !"

Le message "Débrouille toi !" il y a le "Tu es grand maintenant"

Par répétition, nous allons nous programmer à agir d'une manière ou d'une autre pour mieux nous adapter à notre environnement. Nous sommes le résultat automatique de notre éducation, de notre environnement si nous nous laissons aller. Nous cherchons naturellement à nous synchroniser à notre environnement. Nous sommes des animaux sociaux.

Ces messages nous emprisonnent, si nous ne parvenons pas à comprendre les comportements que nous avons adoptés pour y obéir, si nous ne pouvons nous affranchir du poids qu'ils occupent dans notre vie. Ces messages nous emprisonnent si nous ne réussissons pas à développer notre conscience.

Lorsque l'on s’intéresse à l'organisation criminelle qu'est la mafia policière on constate rapidement qu'ils sont gouvernés par 4 drivers qui résument à eux seul le moindre de leurs actions, le moindre de leur communication :

  • sois violent

  • sois méprisant

  • sois irresponsable

  • pratique le chantage

Ces 4 drivers appartenant au même scénario de vie : la défense d’intérêts. Ils considèrent qu'en dehors de leur périmètre, l’environnement est dangereux, nuisible et qu'il faut s'en protéger par une guerre préventive contre l'autre.

Ils se trompent. Ils ne font que pousser l'autre à se défendre à la manière des guerres auto réalisatrices crées par la course à l'armement.

La question que l'on peut se poser à la manière de l'enfant c'est pourquoi se sont ils programmés à agir ainsi ?

A la manière de l'enfant, on ne peut pas s'empêcher de penser que c'est notre environnement qui est artificiellement construit ainsi : on cache ce que l'on est, ce que l'on sait, comme les animaux se camouflent dans la jungle pour mieux survivre.

Nous posons des barrières entre nous physiquement ou symboliquement là où les « sauvages » indiens, africains, ne connaissaient pas la propriété, ils vivaient en harmonie avec la nature. Nous pensons être civilisés alors qu'en réalité nous devenons de plus en plus sauvages. Nous avons ainsi développés la notion artificielle de frontières, de nations et avec eux la notion d'égo, de concurrence.

Et si la mafia policière a autant de mal à se réformer c'est peut être parce que la société contient les mêmes maux.

Alors que faire ?

Pour sortir de ces scénarios perdant-perdant, peut être faudrait il chercher d'autres scénarios de vies : la protection, l'amicalité, la coopération ?

Peut être faudrait il repenser notre rapport au monde ?

Ce qui différencie ces scénarios de vies par rapport à la défense d’intérêts c'est la nature des échanges d'information et d'être. Rien de plus.

Somme toute, pour sortir de la défense d’intérêts qui accouche d'un environnement en auto destruction, il serait peut être nécessaire de se remettre en cause collectivement et de pratiquer l'échange d'information et l'échange d'être de façon bienveillante. Il est dans notre intérêt à tous de pratiquer la mutuelle bienveillance.

Nous ne pouvons pas vivre dans une société pérenne autrement.

commentaires

Haut de page