Clip de la Marche de la Dignité

« Dix ans après tu peux faire le constat, très peu de choses ont changé.

Rabsa et renoi on est toujours des étrangers.

J'ai abandonné l'idée qu'ils nous perçoivent un jour comme un Français


Mais je n'abandonne pas l'idée que l'Etat français me doit le respect


Je l'ai déjà dit, le respect n'est pas une chose qui se mendie


L'indépendance a un prix souvent trempée de sang sous des drapeaux brandis


Val de Meurtre (NDLR, Val-de-Marne) où j'ai grandi, la violence nous heurte on doit rester en vie


On n'a jamais rien attendu de l'Etat, on ne va pas commencer aujourd'hui


( Zyed et Bouna )


De la gauche à la droite, ils font du fric entre énarques


De Sarkozy à Guéant en passant par ce gros mytho de Cahuzac


Et c'est les mêmes qui font la leçon à nos petits frères qui sont dans l'arnaque


Ils envoient les flics pour mater la rébelion à coup de matraques


C'est nous qu'ils accusent sans cesse d'avoir pillé le pays


Alors qu'ils tapent dans la caisse, ne font jamais ce qu'ils ont promis


Six heures du mat, ils envoient les condés défoncer ta porte


Eux se rendent au tribunal en voiture sous escorte


Ils n'ont jamais connu la crise.


Et ils s'étonnent que le peuple se rebelle, les pourchasse et arrache leur chemise


Il n'y a pas que les noirs et les arabes, ce sont tous les pauvres qu'ils méprisent


Lorsqu'ils nous parlent de l'Islam, ils espèrent que ca nous divise


Quand vous chercherez des solutions ca se verra


Pour l'instant, vous ne faites que fabriquer des futurs Merah


Votre mépris du peuple, les patrons, il se paiera


Pourquoi à l'Assemblée, on dirait un opéra ? »

Clip de la Marche de la Dignité

commentaires

Haut de page