A la croisée des chemins

A la croisée des chemins

Voici ce que pourrait dire un Français du futur lorsqu'il racontera l'époque que nous vivons à ses petits enfants :

" Jadis, les maitres utilisaient habilement les pouvoirs que la population avait bien voulu prêter. En échange d'une assurance de protection, on octroyait aveuglement aux gouverneurs les clés de la cité. Le pouvoir qu'ils s'étaient construit les avaient, à force d'impunité malheureusement enivrés. Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes pensait-on. En ces temps, chaque époque se considérait comme privilégiée par rapport à la précédente, chaque peuple se voyait plus favorisé que d'autres. Les membres du peuple se haïssaient mutuellement pour diverses raisons, les maîtres étaient,volontairement ou pas, responsables de cette haine et l'amplifiaient au lieu de réconcilier la nation. Ces mêmes maitres que l'on avait choisi et à qui on accordait une confiance sans pareille avaient soif de pouvoirs, ce qui les avaient détournés des valeurs qu'ils étaient censés incarnés. Il détruisait dangereusement l'idée de fraternité. Ce système avait son age d'or, il se perfectionna avec malice, se légitima par habitude et s'installa culturellement et furtivement dans le groupe. Rien ne semblait pouvoir ébranler le colosse aux pieds hypocrites. Rien ni personne ne pouvait rompre les colonnes établies, ils détenaient avec les clés de la cité, le pouvoir, l'information, le savoir, le salut. Pour participer au tricotage et garantir les bases de cette matrice en cas d'erreurs, de nombreux bouffons choisis avec soin accouraient tels des hyènes affamées, ils bavaient sur une part des privilèges futurs. Ils prostituaient les serments qu'ils avaient fait, leurs honneurs dans une anesthésie généralisée. La mécanique était fort bien huilée, l'application était connue, maintes fois visiblement répétées. On jugulait savoirs, fonctions et moyens, du travail d'orfèvres en surface et de l'essence de charlatanisme en profondeur. Les gouverneurs se considéraient à l'époque comme magnanimes, ils pouvaient effacer sans scrupules les traces de culpabilité, inverser les preuves, transposer les fonctions du passé pour en faire des solutions d'un aspect clinquant, semblables à la réalité. Tels des kopos, la voici la revanche des petits chefs issus du peuple et qui se méprisaient pour les premiers, la stricte loi du darwinisme pour les autres ! On assistait à l'apogée de la banalité du mal, au pinacle de l'hypocrisie des tables rondes officielles où l'on se partageait allègrement le festin des brebis dont on était responsable de l'égarement. On était au nirvana du culte de l'existence illusoire par l'égo, on assistait au sein des institutions à la victoire de l'animalité sur la vertu, à la réduction des pouvoirs régaliens aux simples droits et dont on oubliait les devoirs. Ces maitres trahissaient à force de témérité et de mépris, petit à petit, sans vergogne, à la vue de tous, les droits du peuple au nom du peuple par des moyens donnés par le peuple.

Recherchant systématiquement la part du lion, ils ne protégeaient plus, ils étaient le vecteur du problème plus que la solution. Injustices, mensonges, fissurèrent lentement les lignes déjà fragiles de la fraternité qui n'était alors qu'une idée, le fil d'écrin de confiance était prêt à rompre. Les yeux, les cœurs, initialement fermés s'ouvraient d'abord à l'intérieur du pays et progressivement à l'extérieur. La saison de l'ignorance des pratiques sauvages était bel et bien terminée. Le constat collectif enfin fait, il fallait choisir entre l'automne et le printemps, prendre la pilule du renoncement aux sacrifices et donc prendre le risque de sombrer collectivement dans les abîmes sombres et implacables de l'histoire comme un nageur qui refuse de nager, ou bien prendre une bonne respiration, après avoir osé croire collectivement aux possibilités d'un changement vers un monde meilleur, agir avec efforts et détermination pour nourrir cet espoir, puis changer de dimensions et s'élever..."

Fanon disait que "chaque génération découvre sa mission, l’accomplit ou la trahit". Nous sommes ainsi à la croisée des chemins, l'histoire est en marche, à nous de choisir la suite, le seul chemin qui garantira aux générations futures, une vie apaisée.

Notre responsabilité est énorme.

Nous pouvons continuer à suivre le chemin que nous trace Valls et Cazeneuve, celui qui consiste à écraser ceux qui se rebellent justement parce qu'ils se sentent écrasés, créant ainsi toujours plus du même problème en apportant naïvement toujours plus de la même solution. On ne construit rien par le feu de la violence physique ou mentale, on détruit. On ne fait pas taire une indignation légitime ou pas par de la violence et la dissimulation répétée. La dissimulation systématique, dure un temps comme le management par la peur mais il ne peut durer éternellement. N'est ce pas évident ?

Il ne s'agit pas là d'une utopie irréalisable comme on nous accuse mais d'un effort que l'on doit tous en nous même déjà incarner. Se sont les mythes qui construisent l'histoire et qui guident telle une boussole les hommes.

Nous devons choisir le chemin de l'élévation, celui de la vérité, celui de la bienveillance et du respect de la dignité humaine.

Ce chemin est possible, nous devons simplement nous entendre en alignant le seul dénominateur commun, la quête ultime de tout individu et de collectifs : la recherche du bonheur. Le vrai bonheur, celui dont la maxime peut être posé en loi universelle.

commentaires

Haut de page