Quand le mensonge prendra l'ascenseur la vérité prendra l'escalier

Quand le mensonge prendra l'ascenseur la vérité prendra l'escalier

Nous aurions dû avoir dès la première semaine de la mort de Wissam la vérité médicale sur les causes de la mort.

 

Depuis 5 ans et demi, on nous ment impunément. Plus on avance dans le temps, plus on cherche la meilleure manière de nous mentir. Leur condescendance n'a pas de limite. En plus d'être des vies inutiles, nous serions des abrutis.

 

Au moins les criminels du commissariat n'étaient plus dans le rationnel. Ceux qui nous mentent et mentent au peuple à travers les expertises, eux, ils utilisent leurs cerveaux rationnels et prennent le temps nécessaire pour être malhonnêtes. Ils se prennent pour Dieu. Pour ceux qui croient en Dieu, il n'y a pas pire blasphème ... Pour ceux qui croient en Dieu, la justice est immanente ... On nous répète régulièrement que Dieu est juste et les injustes paieront ... Mais ces gens là ne croit pas en la transcendance de l'âme et en la notion de responsabilités. La vérité ne leur satisfait pas, ce n'est pas leur conception du monde, ils pensent qu'ils ont droit de s'en accommoder, ils peuvent refaire le monde à leur convenance. Il y a des mensonges acceptables. Mieux vaut une petite injustice que de grands troubles. La police leur appartient, la justice leur appartient. C'est leur maison, leur famille. Et dehors il y a le peuple. Le peuple c'est pas leur famille. La fraternité c'est pas pour tout le monde.

 

Seul un menteur chronique peut accepter qu'il existe des mensonges acceptables. Seul un esprit limité peut croire qu'il y a des petites injustices sans conséquences que l'on croit en Dieu ou pas, on ne récolte que ce que l'on sème. Derrière la facilité à mentir se cache des habitudes et un état d'esprit.

 

"... si on amène les choses ainsi ils ne pourront pas nous contredire cette fois" se disent ceux qui cherchent aujourd'hui encore à nous tromper, à vous tromper.

 

Comme si on avait le droit de mentir un certain nombre de fois. Notre rang social, leur offre le droit d'avoir des jokers de maltraitance. Une fois n'est ce pas trop ? N'est ce pas honteux de considérer la famille qui demande le repos de l'âme de Wissam comme des capricieux qui n'acceptent pas ce qu'ils devraient accepter de par leur rang social ?

 

Nous exagérons !

 

N'est ce pas honteux que le système défend des criminels, des menteurs et leur accorde pour  certains sans trouver mot à redire : la médaille d'honneur de la république. Comme s'il y avait des erreurs mortelles acceptables ? Tuer un homme est une erreur à leurs yeux. Tuer un homme comme un animal à mains nues n'est pas aussi simple, ça demande de la volonté. Couvrir un crime ça demande une profonde perversité, un profond mépris pour le peuple, pour la dignité de la victime, une absence totale d'empathie.

 

Est il acceptable de donner des médailles d'honneur de la république à des personnes qui mentent sous serment comme des arracheurs de dents ?

 

Mentir sous procès verbal c'est pas grave si on n'est pas pris c'est ça ?

 

Si la France va mal c'est d'abord parce qu'il n'y a plus personne qui incarne dans son corps, ses actes, ses pensées, ses paroles, ce qui cimente un "nous". Si le capitaine ne tient pas la barre, le voilier n'ira pas à bonne destination. 

 

ACTA NON VERBA comme c'est écrit sur leurs écussons. La république ce n'est pas que des mots. Certains sont morts pour elle. Il existe des limites à ne pas dépasser dans la nature comme dans toute entreprise humaine.

 

La mort de Wissam est médiatique mais ça ne les empêche pas de mentir à répétition. Quand est il des affaires non médiatiques ? 

 

Wissam a été lynché dans le couloir du commissariat et c'est ce lynchage qui a provoqué le coma.

 

Toute argumentation par la nouvelle expertise qui mènera à une autre conclusion sera une argumentation fausse dont on découvrira et dénoncera les ficelles jusqu'à notre dernière respiration.

 

Nous ne nous satisferons pas d'un demi-mensonge parce qu'il n'existe pas de demi-vérité nous n'avons pas de demi-droit, de demi-dignité comme il n'existe pas de demi-devoir ni de demi-honneur, ni de demi-république.

 

ACTA NON VERBA

commentaires

Haut de page