Pas qu'une histoire de techniques

par cjvpourwissam

Pas qu'une histoire de techniques
Désolé mais j'insiste !
 
Il n'a jamais existé aux entrainements d'arts martiaux ou en compétition à ma connaissance des morts suite à des étranglements alors qu'ils sont autorisés.
 
Pourquoi ?
 
Parce que les combattants se laissent faire ? C'est faux ! Ils résistent autant qu'ils le peuvent pour ne pas perdre, parfois ils vont même jusqu'à tomber dans les pommes c'est vrai mais ils ne meurent pas !
 
Parce que jamais un combattant n'a eu l'intention de tuer ou a trouvé un plaisir pervers à jouer avec les limites. Tout combattant s'est toujours arrêté avant cette possibilité même quand il était seul à l'entrainement face à son adversaire.
 
Ces combattants qui utilisent des techniques d'étranglements ne veulent pas tuer ils veulent juste gagner le combat.
 
Est ce que les policiers qui tuent veulent juste arrêter la personne ?
 
Les policiers qui tuent ne sont jamais seuls ils s'y mettent à plusieurs. A plusieurs ils dépassent les limites qu'un combattant d'art martial ne dépasserait jamais seul.
 
Rien ne m'énerve plus que ceux qui pensent qu'on meurt par accident parce qu'on a pratiqué une technique que l'on ignorait comme dangereuse.
 
Aucune technique ne tue, c'est l'asphyxie ou l'étranglement qui tuent.
 
Un policier qui n'a pas la volonté de tuer ne tue pas comme un policier qui n'a pas l'intention de viser la tête n'éborgne pas.
 
La preuve en est quand les consignes sont donnés de se calmer il n'y a plus de morts ou de blessés.
 
Tuer un animal ou une personne n'est pas simple, ça demande de l'abnégation.
 
Un policier qui tue est un policier qui a joué volontairement avec les limites de la vie dans une forme de perversité mentale qu'il s'est autorisé ou à qui on a autorisé d'aller un peu plus loin que d'habitude.
 
Rajouter à cela qu'on a affaire à des professionnels qui connaissent les risques et ça rend l'accident involontaire juste inconcevable.
 
Le maintien de l'étranglement, de l'étouffement ou l'intensité des coups est proportionnel à la haine que l'autre inspire, à l’environnement dans lequel ce policier évolue, aux consignes de ses supérieurs, à l'impunité que le policier ressent quand il se sait dans l'illégalité.
 
On peut se permettre d'aller un peu plus loin de temps en temps ils estiment.
 
Je comprends qu'on souhaite vouloir interdire ces techniques pour éviter de tuer.
 
On peut interdire ces techniques et il faut les interdire mais ils continueront à tuer parce que ces techniques ne sont qu'un MOYEN d'assouvir des passions tristes.
 
La cause racine du problème comme on dit dans la résolution de problème, la vera causa comme disait de grands scientifiques, ce n'est pas la technique mais c'est la PULSION DE MORT qui envahit le policier qui tue et les policiers qui l'observent.
 
On n'appuie pas assez là dessus.
 
Les gens ne meurt pas par une technique mais il meurt par l'hubris, par la vengeance, par le plaisir pervers et surtout le permis de MARQUER et de DOMINER les corps et les esprits via des coups, des étouffements ou des asphyxies.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article