L’Etat garant de la sécurité commune

marianne.jpg

 

Source : http://www.gouvernement.fr/presse/refondation-de-la-politique-d-integration-releve-de-conclusions

link

"

L’Etat garant de la sécurité commune

La cristallisation de la question de l’insécurité dans les banlieues et la focalisation médiatique sur les jeunes des quartiers, avec une focalisation particulière sur les descendants de immigration coloniale et postcoloniale, lors des révoltes urbaines de l’automne 2005, a marqué une réactivation de la thématique des « classes dangereuses » fixant ainsi, sur un population déterminée, ce que la société porte en elle-même comme insécurité. Dans une telle configuration politique et médiatique qui leur impute la seule responsabilité de l’insécurité sociétale, il est important de souligner que les recherches abondent pour dresser le constat que dans leurs recherches d’emploi ou de stages, les jeunes des quartiers sont confrontés simultanément à des critères de sélection légitimes, du point de vue du fonctionnement du marché du travail (niveau de formation, motivation, flexibilité) en même temps qu’à des critères discriminatoires illégitimes (origine, patronyme, apparence physique, appartenance religieuse, lieu d’habitation). Si les premiers traduisent les effets d’une insécurité sociale (une injustice sociale légale) entendue au sens d’une dégradation généralisée des conditions d’insertion de la jeunesse des classes populaires, la seconde série de critères alimente une forme d’insécurité civile (une injustice illégale), définie comme une atteinte à l’intégrité des biens et des personnes, venant redoubler les effets de la première. Or l’absence de lutte contre cette forme d’insécurité quotidienne à laquelle sont confrontés les jeunes des classes populaires, et pas seulement dans leur recherche d’emploi mais également dans leur accès au logement, aux loisirs, vient souligner les enjeux d’une sécurité commune, d’une sécurité inclusive.

La question de l’apaisement des rapports entre les agents de la puissance publique et les populations des quartiers populaires pose donc non seulement la question de la sécurité, du maintien de l’ordre et des fonctions de la police dans ces territoires stigmatisés par leur image publique, mais aussi celle de la coproduction de la sécurité vue comme un bien public qui ne peut pas faire l’économie d’un traitement social pour pallier les formes d’anomie, de fracture ethnico-sociale, de fragmentation et de déstructuration du lien social. Le grand renfermement des quartiers populaires dans une logique sécuritaire, s’il apparait lié à des formes avérées de délinquance, d’incivilités et de violences parfois spectaculaires, ne doit pas faire oublier qu’il résulte aussi d’une dégradation plus large des relations sociétales du fait de l’insécurité sociale et civile que vivent au quotidien les populations de ces territoires. Les tensions avec la police, les « incompréhensions » réciproques, résultent aussi de la faillite des dispositifs de gestion sociale et de prévention de la délinquance et on ne saurait envisager d’apaiser les relations et redonner confiance à ceux qui incarnent l’autorité de l’Etat sans s’appuyer sur le développement social et le relais d’autres acteurs publics, institutionnels ou associatifs sur le terrain. L’action des agents de l’ordre sur le terrain des quartiers populaires, si elle n’est pas facilitée par leur position de face à face avec des jeunes précarisés qui occupent les lieux publics à défaut de trouver place dans d’autres lieux, doit respecter les formes élémentaires de respect des droits et de la dignité de tout citoyen. Une formation adéquate des agents et le développement d’une police de proximité associée à d’autres relais sociaux peut favoriser une déontologie de l’action des forces de l’ordre reconnue par les citoyens qu’elle doit protéger, mais soulignons qu’aucune formation ne saurait préparer l’agent de police à porter le fardeau de la désorganisation des services publics dans ces certains quartiers populaires. De plus, les mises en cause des attitudes policières ont le plus souvent été oblitérées par un jeu complexe de rapports de force et de demandes contradictoires. La demande de sécurité émanant d'une partie de la population locale excédée par la petite délinquance, a souvent conduit les autorités municipales à demander un renforcement du dispositif policier, à multiplier les contrôles qui ont un effet insécurisant sur les populations contrôlées, sans d'ailleurs pouvoir enrayer le développement d'un sentiment d'insécurité pour le reste de la population. Dans ce contexte, les accusations à l'égard de certains comportements policiers, émanant de jeunes sans garanties de représentation sont de fait entachées d'un défaut de crédibilité et cette question récurrente dans l’actualité urbaine des rapports conflictuels entre les jeunes et la police n'est pas apparue comme une des priorités de l'action publique. Or ces tensions récurrentes sont une composante de la « crise de la notion d'ordre public dans les quartiers populaires ». Ce qui est en cause ici, ce sont des manières de maintenir l'ordre public dans le contexte des quartiers d'habitat social qui se concilient difficilement avec un objectif de paix civile. En fait la police est à la conjonction d'une double attente dans ces situations. D'une part la définition officielle de sa mission lui demande de faire en sorte que la loi soit respectée et que les infractions soient sanctionnées. D'autre part on lui réclame d'oeuvrer dans le sens du renforcement de la paix civile et d'un apaisement des conflits locaux, de définir un rôle de proximité qui tienne compte de son insertion dans les quartiers. Ces deux exigences ne se confondent pas et sont difficilement compatibles. L'application de la loi passe en effet par la mise en oeuvre de procédures d'investigation, de contrôle public : elle conduit à des pratiques où les risques de dérapage sont quotidiens, facilités par la suspicion généralisée à l'égard des populations à contrôler. La recherche de la paix civile, quant à elle, suppose que l'ordre public que la police cherche à faire respecter soit doté non seulement de la force de la loi, mais d'une légitimité locale. Il s'agit alors de faire en sorte que cet ordre public et cette sécurité commune apparaissent comme un bien collectif coproduit entre la police, les habitants des quartiers et les acteurs locaux. Des rapprochements avec les populations concernées, dont les demandes sont parfois contradictoires, deviennent dès lors nécessaires et des dispositifs d’intermédiation restent à inventer."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article