" Pardon mais nous n'oublions pas, nous n’oublierons pas. " Lettre ouverte au médecin légiste

medecin-legiste.jpg

Monsieur,

 

 

 

Est ce le rôle d'un médecin légiste d'avoir de la compassion pour des assassins ? Et quand bien même vous aviez de la compassion, vous n'aviez pas le droit de mentir !

 

Nous avons aujourd'hui la preuve scientifique de vos mensonges.

 

Vous n'avez pas simplement insulté la vérité mais vous avez aussi insulté la valeur de votre vie. La valeur d'un homme et au delà d'un médecin légiste se reconnaît au sens de l'honneur, à son côté incorruptible, rigoureux, intègre, ayant le sens de la droiture, exemplaire, capable de dire « non » aux mensonges, agissant par amour de la vérité scientifique, rien que par amour de la vérité scientifique, sans a priori et avec une intransigeance absolue.

 

Vous n'avez pas simplement insulté la vérité mais vous avez aussi insulté nos vies. Et si nos vies n'ont pas de valeurs à vos yeux, sachez que vous n'avez pas simplement détruit nos vies mais vous avez aussi détruit la confiance que le citoyen ordinaire pouvait et pourra porter aux autres médecins légistes et à l'humanité tout entière simplement.

 

Ce n'est pas l'intelligence qui fait la valeur d'un homme, c'est la façon dont il l'utilise. Jamais on aurait pu croire que des hommes aussi intelligents étaient capables d'être aussi mesquins et cruels, jamais on aurait pu croire qu'un médecin légiste pouvait mentir avec un tel machiavélisme. L'affabulation, le fantasme et la bassesse appartiennent au domaine du roman, il n'a pas lieu d'être toutefois dans la médecine. Personne ne force personne à être médecin légiste, vous avez jeté à jamais l’opprobre sur toute votre profession, que les futurs médecins légistes se rappellent de vous et vous méprisent !

 

Pardon mais nous n'oublions pas, nous n’oublierons pas.

commentaires

Haut de page