De la psychopathie institutionnalisée

par cjvpourwissam

De la psychopathie institutionnalisée

Une étude publiée dans le magazine spécialisé en neurosciences : « Frontiers in Human Neuroscience » montre que lorsque des psychopathes s’imaginent dans ces situations douloureuses, une forte activité cérébrale (plus élevée même que la normale) se manifeste dans des régions impliquées dans l'empathie et la douleur sur les scanners .

En revanche ces régions du cerveau n'ont pas réussi à devenir actives quand les psychopathes imaginaient que ces situations étaient vécues par d’autres.

Pire encore, les psychopathes ont même montré une activé accrue dans la région du cerveau impliquée dans le plaisir.

"il l'aurait bien cherché" disent ils avec satisfaction …

Voir les commentaires

Hier comme aujourd'hui

par cjvpourwissam

Il n'y a eu aucun changement structurel au niveau juridique depuis.

Ce qui était impuni structurellement hier l'est donc toujours aujourd'hui de la même manière.

Ceux qui disent qu'il existe un arsenal juridique et une institution (la police des polices) qui punissent les crimes policiers et racistes sont malhonnêtes ou menteurs.

Peut être faudrait il attendre 40 ans pour que les rédactions laissent aux journalistes d'investigation honnêtes la possibilité de relayer sur ce qu'il se passe réellement AUJOURD'HUI en France ?!

Voir les commentaires

La belle radicalité

par cjvpourwissam

La belle radicalité
La belle radicalité

Voir les commentaires

Causes et conséquences

par cjvpourwissam

Causes et conséquences

1 Une injustice

2 Suivie d'une injustice de traitement de cette injustice

3 Crée de la violence.

Vouloir étouffer la phase de la violence (phase 3) sans effacer l'injustice qui l'engendre (phase 2) revient à augmenter le sentiment d'injustice (phase 2) et donc à augmenter la violence (phase 3) que l'on est censé combattre.

Il n'y a qu'en combattant l'injustice mère (phase 1) ou les injustices de traitement de cette injustice (phase 2) qu'on évite la violence (phase 3).

C'est préférable à toute autre action et semble tellement évident et pourtant...

Certains problèmes sont devenus pour certains des droits, les remettre en cause c'est remettre en cause le chantage dans lequel ils sont affiliés : "on ferme les yeux sur les violences policières en échange, vous faites ce que l'on dit".

Ce système fonctionne tant que les victimes directs des injustices acceptent les injustices ou tant que les victimes indirects des injustices ne voient pas au delà des violences qu'ils subissent ou tant que les bourreaux prennent ces injustices comme légitimes ou tant que l'on ne trouve pas une autre manière de manager que par le chantage ou tant que la fraternité n'existe pas.

Ca fait beaucoup de "tant que" et pour maintenir ces "tant que" le système ajoute de la violence à la violence.

Encore pour combien de temps ? Telle est la question.

Voir les commentaires

Une autre façon de voir

par cjvpourwissam

Une autre façon de voir

Voir les commentaires

La gangrène du « Oui, mais… »

par cjvpourwissam

La gangrène du « Oui, mais… »

"

Vous êtes un gros raciste, xénophobe, antimusulman ? Vous êtes aussi très lâche et vous craignez de l’affirmer ouvertement ? (Sait-on jamais, des fois que ce ne soit pas une simple opinion, mais un délit…) Réjouissez-vous : le « oui mais » est là pour vous !

Le «oui mais» c’est la nouvelle figure de rhétorique à la mode. Pour le moins spécieux, le « oui mais » a colonisé certains esprits et il fait des ravages.

Il consiste, plutôt que de condamner une situation choquante –mais cela vous écorcherait la gueule de le reconnaître vu que vous êtes raciste et/ou xénophobe et/ou antimusulman-, à détourner l’attention du sujet principal en effectuant une comparaison avec une autre situation.

Deux jeunes se revendiquant ouvertement du «patriotisme» ont tenté d’incendier une mosquée à Mâcon «pour venger Charlie Hebdo» et ont été condamnés ? Vous trouvez cela bien d’incendier une mosquée, vous en auriez fait autant mais n’osez pas le dire ? Qu’à cela ne tienne, le «oui mais» est là pour vous !

«oui, mais pour les Femen qu’ont abîmé les cloches de Notre Dame, c’était pas aussi sévère». Traduire: les chrétiens sont en droit de jalouser les musulmans qui sont mieux protégés par la Justice (de gauche), il y a deux poids deux mesures, c’est injuste…

Ce qui est injuste, c’est de comparer une dégradation légère certes condamnable et qui a d’ailleurs été condamnée, à une tentative d’incendie sur fonds de racisme et d’anti-islam.

C’est de mettre sur le même plan le racisme avec ce qui ne l’est pas.

Et de la «jalousie» au ressentiment, du ressentiment à l’amertume, de l’amertume à la haine de l’autre, il n’y a qu’un pas.

Autre exemple: des migrants se font tabasser par des CRS à Calais ? Vous trouvez cela justifié bien fait pour leur gueule, zont qu’à pas être là ? le «oui mais» vous permet de cautionner indirectement ces actes de violences : «oui, mais les migrants ils se battent bien entre eux…et ce ne sont pas des anges…»

Quel rapport ? aucun. Mais cela permet par des raccourcis nauséabonds de détourner l’attention du sujet principal. Quand on compare tout, quand on relativise tout, on ne condamne plus rien.

«Ne disons pas trop de mal d’Hitler et du nazisme. Après tout, Staline et le communisme ont fait bien plus de victimes…Hitler est victime d’une injustice, réhabilitons-le !»

Ne nous y trompons pas: derrière la rhétorique, derrière ces comparaisons, derrière la mauvaise foi qui consiste à détourner du sujet, il y a sous-jacent, rampant, un racisme qui ne veut pas dire son nom.

Nous savions déjà que le racisme pouvait être lâche. Nous savons à présent qu’il peut être, aussi, monstrueusement habile.

N’hésitez pas à traquer les commentaires « oui mais ». Sur internet, ils sont légions !

Le « oui mais » incite à l’immobilisme face à des situations révoltantes. « pourquoi aider les népalais alors qu’il y a tant de malheureux chez nous ?

Pourquoi repêcher les migrants en mer et les accueillir alors que tant de « nos » familles sont touchées par le chômage ? »

Au moment où j’écris ces lignes, mon fils de 6 ans vient de commettre une bêtise. Mais dénonce une autre bêtise, moins grave, de sa petite sœur, pensant ainsi échapper à la punition. Le « oui mais » chez les enfants, est encore innocent.

J’ai puni les deux, à proportion des bêtises respectives."

Voir les commentaires

"il y a des bons et des mauvais comme partout"

par cjvpourwissam

"il y a des bons et des mauvais comme partout"

Pour la perte d'éléments personnels je devais me rendre à un commissariat.

J'ai été très bien accueilli par 3 policiers qui ne me connaissaient pas mais qui ont tout fait pour me faciliter les démarches, me conseillant, m'orientant avec gentillesse et bienveillance.

Je voyais des chartes de bonnes conduites orientées clients affichaient sur les murs.

Plus ces personnes m'aidaient plus je me revoyais penser à ma volonté de prendre les armes qui m'avait traversé l'esprit, aux mots que j'utilisais partout depuis 4 ans. A cette "mafia policière" qui ne cherchait qu'à m'aider.

Je sais reconnaître la bienveillance et la gentillesse lorsqu'elles sont sincères. A la fin des requêtes, je les ai remercié de m'avoir aidé de cette manière inattendue, j'ai tout de même signalé que ce n'était pas l'image que j'avais de la police. Je leur ai dit que des policiers, couverts par tous, ont fait du mal à ma famille, et donc que c'était l'image que je me faisais désormais d'eux. L'un des policiers me répond alors simplement qu'il y a des bons et des mauvais comme partout en haussant les épaules.

Habituellement, lorsque l'on me disait cela, cette phrase maintes fois entendues dans les rues et les réseaux sociaux, je sentais la malhonnêté du type qui la prononçait, en gros nous sommes des erreurs statistiques le salaud. Je repensais habituellement à ce que nous ont fait les syndicats policiers, la police des polices, la communication médiatique de la Direction Départementale de Sécurité Publique, le ministre de l'intérieur, qui nous niaient pour couvrir des assassins. La phrase « qui ne dit mot consent » résonnait habituellement dans ma tête et le programme mental était lancé au moindre stimuli. Non, il n'y a pas de bons policiers dans un système mauvais. C'était la conclusion du programme.

Sauf que là c'était différent, je sentais la sincérité émotionnelle du type qui me disait qu'en gros il fait du mieux qu'il peut pour être un type bien.

Puis je suis sorti du commissariat avec beaucoup de questions.

Voir les commentaires

Une leçon de lâcheté

par cjvpourwissam

Une leçon de lâcheté

Le 26 avril 1491 commence le siège final de Grenade, seule province espagnole encore aux mains des Maures commandés par le Sultan Boabdil. Les réserves de nourriture s’épuisant et le moral de ses hommes étant au plus bas, Boadbil, comprenant que la fin était proche, négocia, dans le souci de conserver sa vie, celle de sa famille et de sa cour, les 1 et 2 janvier 1492 sa reddition qui prévoyait un départ en exil vers l’Afrique du Nord.


Le 2 janvier au matin, les Espagnols entraient sans combattre dans Grenade.


Dans le même temps, arrivé avec sa troupe sur les hauteurs d’un col surplombant Grenade d’où l’Alhambra se dessinait majestueusement, Boadbil, dans un instant de dépressive mélancolie se mit à pleurer. Le surprenant en larmes, sa mère Aïcha El Horra, s’exclama sur un ton de reproches : « Lloras como una mujer, lo que no has sabido defender como un hombre ! » (Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme).


Boadbil est aujourd'hui mort, sa richesse ne lui sert plus à rien, l'histoire se rappelle désormais de lui comme un lache, comme un pleurnichard, comme quelqu'un qui ayant peur de perdre le peu qu'il avait finit par tout perdre avec déshonneur.

Voir les commentaires

UNE VILLE RENOUE AVEC LA DÉMOCRATIE DIRECTE. RÉSULTATS : 0 CHÔMAGE, 0 VIOLENCE… ET 0 MISÈRE !!!

par cjvpourwissam

UNE VILLE RENOUE AVEC LA DÉMOCRATIE DIRECTE. RÉSULTATS : 0 CHÔMAGE, 0 VIOLENCE… ET 0 MISÈRE !!!

« Grâce à une approche nouvelle de l’économie et à un retour aux fondamentaux de la démocratie, cette ville andalouse de 2 778 âmes ne connaît ni chômage, ni police, ni délinquance. Et les salaires y sont bien plus élevés qu’ailleurs !

A Marinaleda, toutes les décisions du village sont soumises à la démocratie directe (la véritable démocratie). Autrement dit, pour être adoptées, chacune d’entre elles doit faire l’unanimité au sein de la commune. »

http://l1d.fr/une-ville-renoue-avec-la-democratie-directe-resultats-0-chomage-0-violence-et-0-misere/

Voir les commentaires

Brecht

par cjvpourwissam

Brecht

"Si j'ai épousé la lutte, c'est que j'ai vu de quel côté est l'humanité.


Derrière, les tombes fleuries des camarades tombé.e.s,


Devant, tout ce que l'on pourra glaner.


Des sourires, des pleurs et de la justice,


Des cris, des flammes et un grand arbre,


Construire et détruire, toujours.


Vivre avec l'amour. Toujours.


Je veux qu'on laisse vivre les tritons marbrés et les humains,

Je veux tout pour tout le monde,

Je veux vivre et mourir en émancipant les autres,


Et je veux me faire émanciper.


Et je veux partager.


Je veux être.


Être un nous.



« Nos défaites d'aujourd'hui ne prouvent rien, si ce n'est que nous sommes trop peu dans la lutte contre l'infamie, et de ceux qui nous regardent en spectateurs, nous attendons qu'au moins, ils aient honte. Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.»

Brecht"

Voir les commentaires