De Gandhi à Ho Chi Minh

par cjvpourwissam

De Gandhi à Ho Chi Minh

L'histoire nous apprend que l'émancipation des colonies britanniques s'est faite de manière plus pacifique que celles des colonies françaises. Il s'agissait pour les britanniques de construire un futur dans lequel, leurs intérêts seraient préservés même s'il fallait remettre en cause des privilèges présents, là où en France il s'agissait de préserver des privilèges présents par des pirouettes dont on devenait experts par habitude sans se soucier des conséquences futurs.

Alors que les britanniques négociaient l'indépendance avec Gandhi, les français persistaient à refuser l'indépendance à Ho Chi Minh. L'objectif de la France était de « restaurer l'autorité de la France en Indochine » selon les propres mots du général De Gaulle lui même. On paria que la situation injuste finira par être acceptée et qu'il suffirait de taire les révoltes comme on avait l'habitude de faire. Plutôt que de mettre les moyens de construire un meilleur futur on préfère mettre les moyens coercitifs pour maintenir un ordre injuste.

Les négociations avec la France échouant parce que la France refusa de négocier l'indépendance, on assista à la spirale de la violence, à la « 1 ère guerre d’Indochine » (1946-54).Cette dernière est perdue par les français à Diên Biên Phu comme toutes les guerres du même type menées.

Cette conception erronée de l'ordre à court terme, se retrouve encore dans la formation des policiers français aujourd'hui.

En Angleterre, la formation des policiers dure 3 ans, la valeur la plus importante enseignée est la maitrise de soi. Ce qui différencie, en interne, un bon policier d'un mauvais, est celui qui sait se maitriser. Il y a eu des révoltes dans le passé, il y en a de moins en moins là où en France la colère est de plus en plus grande.

En France, la valeur la plus importante enseignée est l'autorité, ne pas être contredit. Il s'agit de dominer à tout prix, même s'il s'agit de faire taire, d'humilier, de tromper. La valeur d'une personne se définissant par rapport à sa position par rapport à l'autre, un policier ne doit pas "courber l'échine" comme on a pu l'entendre par les concernés. Le policier qui manque d'autorité mais qui se maitrise vaut moins qu'un policier autoritaire qui ne se maitrise pas. Cette situation crée le terreau à un management par la peur et donc à des managers tyranniques qui donnent des directions mauvaises, où de nombreux policiers eux mêmes n'en peuvent plus et finissent par démissionner ou se suicider.

Certains diront que tout n'est pas rose en Angleterre, peut être ... mais les Anglais qui ont connu aussi des crimes policiers et des révoltes ont eu le mérite d'apprendre un minimum de leurs erreurs et de ne pas chercher à rendre encore plus indigne celui qui se révolte pour sortir de sa vie qu'il juge indigne.

Se sont toujours les oppresseurs qui déterminent la forme de la lutte.

A nous maintenant de prendre le chemin qui nous rendra notre dignité !

De Gandhi à Ho Chi Minh

Voir les commentaires

Assata Shakur

par cjvpourwissam

Assata Shakur

« Personne au monde, personne dans l’histoire n’a jamais obtenu sa liberté en faisant appel au sens moral de ceux qui l’oppriment. »

http://www.bboykonsian.com/attachment/492152/

Voir les commentaires

Dom Helder Camara

par cjvpourwissam

Dom Helder Camara

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Voir les commentaires

Nuit du 4 aout : les privilèges restent à abolir

par cjvpourwissam

Nuit du 4 aout : les privilèges restent à abolir

Le 4 aout 1789, le peuple se lève pour mettre fin aux privilèges de la noblesse.

Le 4 aout 2015, la mafia policière corrompt toutes les strates du pouvoir. Elle est encore plus puissante, plus égocentrique, plus malveillante, plus arrogante.

Mais une nouvelle génération arrive qui n'a plus froid aux yeux, qui connait comment les ainés qui croyaient au système se sont fait marcher dessus, on ne pourra pas l'avoir par les artifices.

Ces jeunes ont vu leurs ainés se faire humilier, aliéner, ils savent qu'ils n'ont pas de droits, ils savent qu'ils sont en danger s'ils ne font rien.

Cette génération connait le courage et le sacrifice.

Cette génération nous rempli d'espoirs.

Cette génération nous rendra notre dignité.

Petits frères Clermontois le monde est à vous !

Voir les commentaires

"The Revolution"

par cjvpourwissam

Après les clips sur MTV qui dénoncent des violences policières, voici que même les jeux videos s'y mettent avec la sortie du jeu video "The Revolution" . Dans ce jeu vidéo les policiers ne sont plus les super héros qui sauvent la planète mais les super méchants.

L'histoire se déroule dans un futur proche à Philadelphie, les drones de surveillance, les patrouilles armées et les violences policières sont devenus monnaie courante. Utilisant des tactiques de frappes éclairs, des embuscades et des méthodes d’infiltration, la résistance doit mettre à profit l’effet de surprise et un arsenal d’armes improvisées pour déstabiliser les oppresseurs et propager les flammes de la rébellion.

Il n'y a pas d'hasard, nous assistons réellement à un changement de paradigme.

Voir les commentaires

L’ONU vient de condamner les violences policières en France et lui demande des comptes

par cjvpourwissam

L’ONU vient de condamner les violences policières en France et lui demande des comptes

"

Recours abusif à la force par les forces de l’ordre

Le Comité s’inquiète des allégations faisant état de mauvais traitements, d’usage excessif de la force et d’utilisation disproportionnée d’armes de force intermédiaires, en particulier lors d’interpellations, d’évacuations forcées et d’opérations de maintien de l’ordre. Il s’inquiète également de la persistance de « contrôles au faciès » et d’ allégations de harcèlement policier, de violences verbales et d’abus de la force contre des migrants et des demandeurs d’asile dans la ville de Calais (art. 2 et 7).

L’État partie devrait prendre des mesures efficaces, notamment en matière de formation, pour empêcher que les membres des forces de l’ordre et des forces de sécurité ne fassent un usage excessif de la force ou n’utilisent des armes de force intermédiaire dans les situations où le recours à plus de force ou à la force létale n’aurait pas été justifié. A ce sujet, le Comité appelle l’attention de l’Etat partie sur les Principes de base des Nations Unies sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois. Il devrait également faire en sorte que les allégations de profilage racial, mauvais traitements et d’usage excessif de la force donnent lieu à des enquêtes approfondies, que les auteurs soient traduits en justice et, s’ils sont reconnus coupables, condamnés à des peines à la mesure de la gravité de leurs actes, et que les victimes reçoivent une indemnisation adéquate.

...

Le Comité demande à l’État partie de faire figurer dans son prochain rapport périodique, qui devra lui parvenir au plus tard le 24 juillet 2020, des informations actualisées et précises sur la mise en œuvre de toutes ses recommandations et sur l’application du Pacte dans son ensemble. Le Comité demande aussi à l’État partie d’engager de larges consultations avec la société civile et les organisations non gouvernementales lorsqu’il élaborera son prochain rapport périodique, ainsi qu’il l’a fait précédemment. Conformément à la résolution 68/268 de l’Assemblée générale, la limite du nombre de mots pour le rapport périodique est de 21 200 mots. "

Pour lire le rapport : http://www.ccprcentre.org/doc/2015/07/CCPR_C_FRA_CO_5.docx

P.S :

Un grand merci à l'ACAT pour nous avoir personnellement rencontré, longuement écouté, avant de présenter les informations objectives qu'on lui a fait parvenir devant l'ONU et que les institutions françaises rechignent à reconnaitre. Mille merci

Voir les commentaires

Mon ami

par cjvpourwissam

Mon ami

Mon ami

Je sais que c'est pas facile Je sais que ce n'est pas simple Je sais que je te demande des efforts Je sais que je t'apporte des ennuis Je sais que tu nous soutiens Je sais que tu souhaites nous voir réussir Je sais qu'il en était toujours ainsi Je sais que l'on se bat contre un pouvoir qui semble intouchable Je sais qu'ils sont organisés Je sais que l'on ne nous aime pas Je sais que l'on ne nous fera pas de cadeaux Je sais que tu as deja des problèmes Je sais que tu espères qu'avec le temps les choses changeront Je sais pourtant que tu n'es plus naïf Je sais que tu as donné à ta manière Je sais que tu peux avoir peur Je sais que ça pourrait être pire

J'ai appris ce que c'est que le courage J'ai appris le devoir de défendre ceux qui ne peuvent plus se défendre J'ai appris que c'est l'oppresseur qui définit la forme de la lutte J'ai appris que j'ai besoin de toi autant que toi de moi J'ai appris que le plus dur c'est de se lancer et le plaisir d'oser J'ai appris la puissance d'allier la pensée à l'action et à l'organisation J'ai appris que l'on n'a rien à perdre mais tout à gagner J'ai appris que leur rigidité leur sera fatale J'ai appris qu'ils ne peuvent plus faire chemin en arrière J'ai appris qu'ils ne sont forts que de nos croyances limitantes J'ai appris que donner c'est aussi recevoir J'ai appris ce que c'est que de sentir vibrer, de se sentir vibrer J'ai appris qu'à force d'avoir peur on n'a plus peur J'ai appris que la peur de la peur est plus forte que la peur elle même J'ai appris à écouter d'autres visions du monde J'ai appris à côtoyer d'autres personnes J'ai appris que c'est le combat qui crée des liens et non des liens qui créent le combat J'ai appris que l'on pouvait nous tuer mais pas tuer nos idées J'ai appris qu'il y a des petits et des grands cycles et qu'ils confondent la fin du petit cycle avec la fin du grand, leur fin J'ai appris que l'on a rendez vous avec l'histoire J'ai appris qu'ils nous gouvernent par le chantage J'ai appris que l'on est beaucoup plus fort qu'on ne le pense J'ai appris qu'à chacune de leurs victoires à la Pyrhus, ils s'enterrent

J'ai appris à apprendre à apprendre et j'espère encore apprendre en combattant demain à tes côtés.

Voir les commentaires

Poème de Maya Angelou

par cjvpourwissam

Poème de Maya Angelou

Vous pouvez me rabaisser aux yeux de l’histoire
Avec vos mensonges tordus et amers
Vous pouvez me traîner dans la boue
Mais comme la poussière, je me soulèverai
Est-ce que mon bonheur vous dérange ?
Pourquoi vous assombrir tant parce que je ris
Comme si j’avais trouvé un puit de pétrole
Au beau milieu de mon salon ?


Vous pouvez bien me fusiller avec vos mots
Me lacérer avec vos yeux Je me soulèverai
Je me soulèverai Je me soulèverai
M’extirpant des taudis honteux de l’histoire
Hors d’un passé enraciné dans la douleur
Je me soulèverai Je me soulèverai
Je me soulèverai Soulèverai Soulèverai


Vous voudriez me voir brisé
Tête inclinée, les yeux baissés
Epaules tombantes comme des larmes
Affaibli par des pleurs déchirants
Est-ce que mon assurance vous dérange ?
Cela vous est-il pénible de me voir marcher
Comme si j’avais trouvé une mine de diamants
Au beau milieu de mon jardin ?


Vous pouvez bien me fusiller avec vos mots
Me lacérer avec vos yeux Je me soulèverai
Je me soulèverai Je me soulèverai Soulèverai Soulèverai
M’extirpant des taudis honteux de l’histoire
Hors d’un passé enraciné dans la douleur
Je me soulèverai Je me soulèverai
Je me soulèverai Soulèverai Soulèverai


Vous pouvez me rabaisser aux yeux de l’histoire
Avec vos mensonges tordus et amers
Vous pouvez me traîner dans la boue
Mais comme la poussière, je me soulèverai
Est-ce que mon bonheur vous dérange ?
Pourquoi vous assombrir tant parce que je ris
Comme si j’avais trouvé une mine d’or
Au beau milieu de mon salon ?


Vous pouvez bien me fusiller avec vos mots
Me lacérer avec vos yeux Je me soulèverai
Je me soulèverai Je me soulèverai
Soulèverai Soulèverai
M’extirpant des taudis honteux de l’histoire
Hors d’un passé enraciné dans la douleur
Je me soulèverai Je me soulèverai
Je me soulèverai Soulèverai
Soulèverai Vous pouvez bien me fusiller avec vos mots
Me lacérer avec vos yeux Je me soulèverai
Je me soulèverai Je me soulèverai
Soulèverai Soulèverai

Voir les commentaires

Elle s'appelait Sandra Bland

par cjvpourwissam

Elle s'appelait Sandra Bland

Elle s'appelait Sandra Bland.

Elle était activiste dans le mouvement Black Lives Matter, elle a été retrouvée "pendue avec un sac poubelle, selon une première version officielle" en garde à vue.

Elle est certainement morte pour l'avoir trop ouverte, comme sont morts beaucoup d'esclaves qui n'acceptaient pas leurs conditions, comme est certainement mort Wissam.

Comme disait la rumeur "Le chemin est long".

Voir les commentaires

Numero de juillet de Résistons Ensemble

par cjvpourwissam

Voir les commentaires