More controversy over cops in minority neighborhoods – but in France

par cjvpourwissam

More controversy over cops in minority neighborhoods – but in France

http://news.yahoo.com/more-controversy-over-cops-minority-neighborhoods-france-170849454.html

"Two police officers were found not guilty of responsibility for the deaths of a pair of teens in 2005. Ethnic minorities say the decision was emblematic of the sort of abuse they receive from French police.

A courthouse was the chosen spot for protesters to gather, and a black banner was promptly tied between two posts. In yellow the words screamed, “The Police Kill, the Justice Department Acquits.” One man put “Let’s Disarm the Police” stickers across an overpass. Three activists unfurled a sign reading, “We will not forget,” while the trucks and cars passing underneath beeped their horns.

It might be a scene from Ferguson or Baltimore after aggressive police tactics turned deadly, rocking both cities. But this is Bobigny, a suburb of Paris, where protesters gathered after a judge on Monday acquitted two police officers of their role in two teens' deaths in 2005. The pair died after being chased into an electrical substation by the police, sparking monumental riots and changing perceptions of equality and segregation across France.

French cops pale in comparison to their American counterparts in terms of killings – US police kill roughly 40 times more perpetrators, suspects, and innocent victims. But here in France, even without rampant gun violence, officers suffer similar image problems, accused of racial profiling, authoritarian behavior, and above all, being above the law. And the much-awaited decision by the French court has served to reinforce those perceptions.

“They didn’t kill them exactly, but they let them die. It is not exactly the role of a policeman,” says Jean-Yves Losage, a print factory worker and social activist in Bobigny after the ruling was handed out. “The racism in the US and police brutality is higher but here it is the same system.”

NO JUSTICE?

The two teens were part of a pack of youths in the troubled banlieue outside Paris Clichy-sous-Bois ten years ago. Though they had done nothing wrong, they ran from cops – the first indicator of troubled relations between residents who live in urban outskirts and law enforcement in France. The police pursued, and three of the teens fled over a 13-foot wall into an electrical substation. Bouna Traoré, who was 15, and Zyed Benna who was 17, both died from electrocution. The third was seriously burned.

The teens' deaths sparked three weeks of riots, during which thousands of cars were torched and public buildings burned. And the state of emergency brought into the national consciousness the segregation and inequality that marks major cities in France and their outer suburbs.

Family members of the boys had fought for nearly a decade to have the cops put on trial, for not helping them avoid danger. One of the cops had said into his police radio, according to the Associated Press, “If they enter the site, I wouldn’t pay much for their skins.”

But the state prosecution refused three times. Finally France’s highest court ruled in favor of a trial. “If the kids had been from rich areas, it would not have taken ten years,” says Farah, a school teacher in a nearby neighborhood who declined to give her last name and says she came out in solidarity with the families of the victims.

The two cops were ultimately charged with not assisting someone in danger, for which each could have faced five years in prison. But the judge ruled Monday that the officers didn’t have a "clear awareness of grave and imminent danger” facing the adolescents.

A TROUBLED RELATIONSHIP

During the proceedings, the judge tried to keep the focus on the case at hand, saying it wasn't a referendum on the national police.

But the decision reinforces the notion among many that impunity for the police is rampant. In France it is mostly migrant communities feel they are unfairly targeted. Their racial backgrounds are a mix, ranging from family origins in sub-Saharan Africa to Morocco and Algeria. Many of them are Muslims.

Activists called for protests across the country yesterday. Some braced for renewed racial and ethnic tension, at a time where Muslims are already feeling scapegoated and mistrusted in the wake of the Charlie Hebdo and Jewish grocery store shootings in Paris in January.

The claims of police excess are hard to back up, as statistics are notoriously sketchy in France – in large part because they aren't made public, says Rene Levy, the director of research at the National Center for Scientific Research and the Sociological Research Center on Law and Criminal Justice Institutions.

In 2009, Amnesty International compiled a report showing that of 639 inquiries about police mistreatment in 2006, in only 8 cases was an officer dismissed. And various nongovernmental organizations have compiled data on police killings, based largely on press coverage of incidents. Their figures show about an average of 12 deaths a year. One group, A Toutes les Victimes (To All the Victims), has tallied 103 deaths in the past decade.

The FBI reported that the justifiable homicides by American police officers reached 461 in 2013, the latest year available. Other databases put that number much higher, at over 1,000. The French figures are in line with many other European countries, where officers rarely use their guns.

'THEY SAY THERE IS NO PROBLEM'

But France rates lower than its European peers such as Britain or Germany in terms of police trust among the citizenry, says Mr. Levy. And France's hierarchical police structure – primarily a national force that deploys officers where they are needed, not where they live – induces a more authoritarian approach. He also says that identity checks are overly used, compared to Germany, for example, and that racial profiling is rampant.

“The style of policing that is being implemented in the country is a somewhat aggressive style,” he says. “The French police are not predominantly preoccupied with their relationship to the people but their relationship to the state.”

And that shows. French minorities say they have no trust in the police – and that ten years after this incident and the riots that ensued, the situation is worse, not better.

“My message is 'justice, please do your job,'” says Abdourahmane Camara, whose little brother was killed in December by police gunshot wounds in Le Havre. He joined the family group "Emergency, Our Police Kill," and traveled to Paris to feel closer to the families in this case.

Moroccan-born Farid El Yamni, an engineer whose brother died in 2012, says that police brutality overall, and a lack of accountability, are the key issues. His brother was killed at the hands of cops, he says, and he shows photos of his brother's bruising to prove it. Officially the police say his brother died of a drug overdose.

“The difference between France and the US is that the US admits there is a problem," says Mr. El Yamni. "In France, they say there is no problem.”"

Voir les commentaires

"Dix ans que des policiers se sentent au-dessus des lois"

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

La mère et l'enfant

par cjvpourwissam

La mère et l'enfant

La satisfaction au travail répond à 3 besoins fondamentaux : le besoin de sécurité, le besoin de nouveauté et le besoin de reconnaissance. L'absence d'un besoin peut être compensé par un autre.

Les ministres de l'intérieur ont beau multiplier les messages de reconnaissances positifs, à la manière d'un toxicomane qui demande sa dose de drogues, les policiers n'en sont jamais satisfaits.

Le ministère de l'intérieur a beau couvrir les policiers qui tuent, ils en veulent plus, ils veulent une loi.

Le ministère de l'intérieur a beau voir son budget explosé et des recrutements massifs dans une période de crise là où toutes les autres administrations font des coupes, les policiers n'en sont pas satisfaits.

Le problème réside dans le périmètre dans le lequel la police et son ministère se considèrent. C'est parce que le périmètre est beaucoup plus grand que le ministère lui même qu'ils ne pourront pas satisfaire ces besoins de manière mécanique. Ils pensent répondre aux besoins alors qu'ils répondent aux désirs. On ne peut répondre aux désirs indéfiniment sans tourner en rond.

Par exemple, répondre au besoin de sécurité par l'acceptation d'une délinquance policière met en insécurité des personnes qui mettent en insécurité les policiers eux mêmes, c'est un cercle vicieux.

Le nom donné au ministrère de l'intérieur est symptomatique de cette bunkerisation, ils se considèrent comme au centre, comme étant leur propre client et oublie qu'ils doivent être en support de la population, c'est elle qui est au centre et c'est elle le vrai client à satisfaire. Si étymologiquement "ego" signifie "moi" et que l'on reproche à la police d'être orgueilleuse, ce n'est pas pour rien. Ils se considèrent ainsi parce qu'ils n'ont structurellement des comptes à rendre qu'à eux mêmes alors que le rôle d'un fonctionnaire est de mettre de l'huile et de s'oublier, c'est aussi dans son intérêt. C'est ainsi que l'on respecte l'instituteur qui se donne pour l'avenir de ses élèves, c'est aussi ainsi que l'on respecte le médecin qui cherchera à protéger à tout prix la vie de son patient (même un patient insupportable). C'est surtout ainsi que ces deux métiers sont des métiers où les hommes et femmes disent se sentir heureux.

Les attentats de Charlie nous montrent que c'est à partir du moment où des hommes ont remis en cause leurs besoins de nouveautés, de sécurité, de reconnaissance pour que la population en danger qui en manquait puisse mieux les satisfaire que cette dernière, même les portions les plus critiques, a respectée la police en retour car au delà des discours elle a été témoin du don de soi.

C'est l'altruisme pour une cause universelle dans le temps qui permet de répondre aux besoins fondamentaux.

Pour être heureux, il faut aimer sincèrement et pratiquement les gens. Chercher à les rendre heureux même si ça doit nous couter.

C'est le paradoxe incompréhensible et pourtant réel que l'on retrouve chez la mère et son enfant ou chez le croyant et la religion : c'est en acceptant d'être malheureux pour que l'autre universel ne le soit pas que je deviens heureux sans pourtant le chercher.

Voir les commentaires

18 MAI 2015 ZIED ET BOUNA ON OUBLIE PAS

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

"Là où il n'y a pas de justice, il ne peut pas y avoir de paix"

par cjvpourwissam

"Là où il n'y a pas de justice, il ne peut pas y avoir de paix"

Les violences policières et plus globalement militaires sont les indicateurs du degré des injustices et des privilèges structurels.

On entend parfois parler qu'il faut un lobby pour contrer les autres lobbys. Ceci revient à dire qu'un impérialisme intérieur (et donc extérieur) serait nécessaire pour en contrer un autre et donc remplacer des injustices par d'autres.

Attention à ne pas devenir bourreaux après en avoir été victimes ! Ca serait la plus grande erreur pour la mémoire du passé et la préservation du futur que l'on pourrait faire. Celui qui ne retient pas les leçons du passé est condamné à les revivre.

NON ! Il nous faut replacer l'homme, faire de la fraternité une valeur effective et mettre les tentacules de l'Etat au second plan. De la même manière que nous comprenons que s'il on est deux, il est dans l’intérêt de chacun de coopérer afin de faire 1+1=3 plutôt de s'entredéchirer et de faire qu'1+1=0, comprenons que si nous sommes des millions il est dans notre intérêt que l'autre puisse répondre à son besoin pour que je puisse en retour mieux satisfaire les miens.

Certains diront que l'homme étant ce qu'il est, les injustices sont inhérentes à l'humanité et que le système actuel est le moins pire. C'est la rhétorique de la tyrannie policière : "accepter des injustices en échange d'une plus grande protection". On nous accuse d' "optimisme naïf" alors qu'ils savent très bien être justes avec les puissants et reconnaitre avec qui ils peuvent être injustes. Les naïfs se sont nos détracteurs.

NON ! Il n'y a aucune concession à faire sur une injustice. Faire une concession sur une injustice, c'est en commettre une deuxième puis une troisième en retour du bâton et donc les multiplier. De la même manière qu'une maison est basée sur un plan, qu'un chef d'oeuvre est basé sur une esquisse, la morale qui est la mère de nos actions se doit d'être parfaite.

Comme disait le pape François récemment : "Là où il y a de l'injustice, il ne peut pas y avoir de la paix" :

http://www.paxchristi.cef.fr/v2/le-pape-francois-donne-des-conseils-pour-la-paix-a-des-milliers-denfants-italiens/

"Là où il n'y a pas de justice, il ne peut pas y avoir de paix"

Comme disait Fanon dans son livre les « Les damnés de la terre » ( http://classiques.uqac.ca/classiques/fanon_franz/damnes_de_la_terre/damnes_de_la_terre.pdf )

« Reprenons la question de l’homme. Reprenons la question de la réalité cérébrale, de la masse cérébrale de toute l’humanité dont il faut multiplier les connexions, diversifier les réseaux et réhumaniser les messages... Pour l’Europe, pour nous-mêmes et pour l’humanité, camarades, il faut faire peau neuve, développer une pensée neuve, tenter de mettre sur pied un homme neuf. »

Voir les commentaires

Samedi 16 Mai Villepinte

par cjvpourwissam

Samedi 16 Mai Villepinte

Voir les commentaires

Vendredi 15 Mai Saint-Denis

par cjvpourwissam

Vendredi 15 Mai Saint-Denis

Voir les commentaires

Mandela

par cjvpourwissam

Mandela

Voir les commentaires

Le sophisme

par cjvpourwissam

Le sophisme

Le vendredi 19 Juin 2015 aura lieu l'épreuve du Bac de Français.

C'est l'occasion de faire un rappel au futur bachelier de ce qu'est un sophisme, de ce qu'il ne faut pas faire ou de ce qu'il faut repérer dans un texte.

Un sophisme est une argumentation qui cherche à paraître rigoureux mais qui n'est pas logique.

Dans la Grèce antique, les sophistes, dont le nom est à l'origine du terme sophisme, enseignaient l'éloquence et l'art de la persuasion. Et c'est pour démasquer leur rhétorique parfois fallacieuse que les philosophe ont posé les bases de la logique. De nombreux philosophes ont ainsi cherché à établir une classification générale des sophismes pour, le plus souvent, s'en prémunir.

L'un des sophismes les plus connus est le suivant :

  • Les chats ont deux yeux, Socrate a deux yeux, donc Socrate est un chat

L'exemple suivant en est également un :

  • La drogue peut provoquer la mort, de la drogue a été retrouvé chez Wissam donc Wissam est mort à cause de la drogue

Voir les commentaires

Angela Davis

par cjvpourwissam

Angela Davis

Le 7 août 1970, une prise d’otages visant à libérer George Jackson, membre des Black Panthers condamné à la prison à vie à l’âge de dix-huit ans pour un vol de 70 $ tourne mal. Quatre personnes sont abattues et trois autres sont grièvement blessées. Angela est membre du comité de soutien de George Jackson, icône des Blacks Panthers, elle est aussi accusée par le FBI d’avoir procuré les armes qui ont permis ce coup de force.

En fuite à travers les Etats-Unis, elle est la femme la plus recherchée par le FBI, dénoncée, en première instance elle est condamnée à mort.

En 1972, son deuxième procès révèle les manipulations du FBI.

P.S : Lire à ce sujet les lettres de prison de George Jackson dans le lien suivant http://www.secoursrouge.org/IMG/pdf/georgesjackson.pdf

Angela Davis le 10 Mai 2015

Voir les commentaires