Samedi 13 Décembre 15h Librairie La Gryffe - Lyon

En attendant la prochaine carotte de la mafia policière

En attendant la prochaine pirouette de la justice

En attendant que l'on sorte enfin des tennis relationnels que l'état nous offre et qui nous destinent aux abîmes

En attendant que l'on réconcilie chaque portion du peuple par la vérité et par de la bienveillance

En attendant que toutes les voix, tous les regards timides cessent d'être attentifs, mais commencent à espérer, commencent à oser et surtout commencent à agir 

Dans le cadre du Lyon Antifa Fest 2014 : http://rebellyon.info/Le-Lyon-Antifa-Fest-2-presente-14157.html 

pdt la gryffe

 

Voir les commentaires

"On ne peut pas tuer des idées" Sankara

sankara-texte1

sankara.jpg

BurkinaFaso-Nov14-crop-2-1440x500.jpg1012213037_B973950475Z.1_20141101230031_000_GMB3D6794.2-0.jpg

Voir les commentaires

Emission radio envolée

Voir les commentaires

Liste des rassemblements, manifestations et autres contre les violences policières qui vont avoir lieu samedi 22 novembre

Liste des rassemblements, manifestations et autres contre les violences policières qui vont avoir lieu samedi 22 novembre.

 

• Toulouse, 15h, place Esquirol.

• Lille, 17h, place du général de Gaulle.

• Paris, 14h, place de la réunion.

• Rouen, 11h, théâtre des arts.

• Forcalquier,11h, place du Bourguet.

• Bordeaux, 16h, place de la victoire.

• Nantes, 14h, palais de justice.

• Dijon, 14h30, place Darcy.

• Béziers, 12h, allées Paul Riquet.

• Poitiers, 14h, place d'armes.

• Cherbourg, 14h, place du théâtre.

• Besançon, 15h, place du 8 septembre.

• Grenoble, 14h, place Verdun.

• Albi, 14h, place du Vigan.

• Tours, 15h, place saint-Paul.

• Marseille, 15h, la plaine.

• Turin - Italie - 15h, piazza Castello.

• Nancy, 16h, place Maginot.

• Gap, 11 h, esplanade de la paix face au commissariat.

• Strasbourg, 18h, rue du 22 novembre.

• Saint-Etienne, 14h, place de l'Hotel de Ville.

• Chalon-sur-Saone, 17h, devant la mairie.

• Foix, 10h, au jardin pour enfant.

• Guéret, toute la journée, place Bonnyaud. 

• Lisbonne (Portugal), 15h, place Rossio (Don Pedro IV).

• Brest, 14h, place de la liberté.

• Tulle,10h30, place de la cathédrale.

• Brest, 14 h, place de la liberté.

• Amiens, 14h, devant la maison de la culture.

Voir les commentaires

Journée d’action contre les violences policières à Nantes, Paris, Partout, samedi 22 Novembre

Journée d’action contre les violences policières à Nantes, Paris, Partout, samedi 22 Novembre

malcolm-x__faqiraatilaarabbinaa.jpg

- Samedi 22 novembre à partir de 14h : journée nationale et internationale contre les violences policières, Picnic la police, place de la réunion à midi, Paris

 

Aussi :

 

- Jeudi 20 novembre à 12h sur le parvis de l’université Paris 8 (Saint-Denis Université) : manif contre l’occupation et les violences policières

- Assemblée générale jeudi 20 novembre 12h30 – Amphi C2 - Paris

- Paris 1 : 9ème étage devant la cafeteria, jeudi 20 novembre à 9h 

- Paris 3 : devant le Parvis, mercredi 19 novembre à 11h

- Paris 7 : en bas de la passerelle, vendredi 21 novembre11h

- Paris 8 : devant le parvis, jeudi 20 novembre à 12h

Voir les commentaires

Critique du livre "Permis de tuer" parue dans K-libre

http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=livre&id=3889

 

Permis de tuer : chronique de l'impunité policière

Politique - Assassinat - RévolutionMAJ lundi 17 novembre 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

 

Collectif
Avec la collaboration de Farid El-Yamni,Amal BentousiNordine IznasniMarwan BrahmiyaMathieu RigousteCelik Ilter,Collectif Vérité et Justice pour Lamine DiengCollectif Angles MortsComité Justice pour Abdelhakim Ajimi & Saamir Baaloudj
Préface de Collectif Angles Morts
Paris : Syllepse, août 2014
190 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-84950-427-7
Coll. "Arguments et mouvements"

Danger : la police tue !

L'ouvrage est saisissant et implacable. En trente années, cent jeunes sont morts sous les coups de la police dans les cités, la plupart du temps oubliés car pas assez blancs pour retenir l'attention. Des meurtres commis dans le plus grand silence judiciaire. Mises bout à bout, les peines cumulées par leurs auteurs ne passeraient pas les cinq ans de prison... Pour cent jeunes tués, qui plus est le plus souvent lâchement : à dix contre un, par balle, étranglement, étouffement... Des meurtres, sinon des assassinats (prémédités cette fois), dont nul n'a voulu entendre parler. Et cela continue, et s'accélère même sous le gouvernement de Manuel Valls. On recense désormais plus de dix morts suspectes par an dans les quartiers dits sensibles. Des meurtres racistes de ce racisme d'État qui file chaque jour sa raison fétide.

Six de ces meurtres font l'objet d'une enquête dans cet ouvrage portée essentiellement par le MIB (Mouvement de l'Immigration des Banlieues), les premiers à avoir initié un travail de fond sur cette situation intolérable auprès des Pouvoirs Publics tout comme des familles. Des familles qui n'ont cessé de demander justice sans jamais l'obtenir. Six enquêtes qui nous livrent des dossiers parfaitement ficelés qui soulèvent l'indignation. Celle de découvrir par exemple cette violence institutionnelle faite aux familles des victimes, sans parler du harcèlement policier pour les faire taire, tout comme des pressions judiciaires, médicales, psychiatriques, sociales... C'est tout l'arsenal de l'État français déployé pour salir et faire taire les causes réelles de ces morts. Six enquêtes qui dévoilent l'état au plus bas de la démocratie en France. Six enquêtes donnant à rencontrer des familles exemplaires qui expliquent avec une rare intelligence les raisons pour lesquelles elles ont décidé de transformer leur douleur en combat politique. Des raisons civiques avec le Bien Commun pour horizon. Six enquêtes fouillées, qui dévoilent la collusion entre la justice et la police, et la nature politique de cette violence, qui s'est substituée au dialogue démocratique comme manière de gouverner une nation. Une violence dont on voit bien combien elle s'exerce ethniquement sur les jeunes Maghrébins issus des quartiers populaires. Un racisme structurel, ordonné, organisé, qu'un énorme et quotidien mensonge politico-médiatique tente de plus en plus désespérément de recouvrir. Et c'est ainsi tout le fonctionnement de la machine policière, de la machine judiciaire, de la machine médiatique, de la machine politique qui est mis à nu dans ces enquêtes. Une seule machine à vrai dire, faite pour maintenir l'ordre social inégalitaire et raciste de la République des riches. Une République orchestrant jour après jour l'affrontement, et le meurtre de ceux qu'elle a décrété sacrifiables.

Six enquêtes qui établissent la carte précise des pratiques d'occupation de la police et montrent combien elles sont fermement ancrées dans le passé colonial de la France. Six enquêtes qui pointent la vérité la plus crue de notre société, où la police est devenue le bras armé des classes dominantes, assurant la ségrégation sans laquelle leurs beaux quartiers voleraient en éclat. D'une police qui a recyclé les méthodes de répression issues de la guerre et de la colonisation, de l'esclavage aussi bien, organisant le tout en un système destiné à soumettre les moins privilégiés. D'une police dont le geste fondateur fut celui du 17 octobre 1961, jour où des centaines d'Algériens sans défense périrent en plein Paris sous ses coups. Et dans lequel on peut en effet voir le crime fondateur de cette Ve République qui n'en finit pas de fossoyer nos espérances et la démocratie.

NdR - L'anthologie comporte des textes de : Saamir Baaloudj, Amal Bentousi, Marwan Brahmiya, Celik Ilter, Collectif Angles Morts, Collectif Vérité et Justice pour Lamine Dieng, Comité Justice pour Abdelhakim Ajimi, Farid El-Yamni, Nordine Iznasni & Mathieu Rigouste.

Citation

Si la France acceptait de reconnaître ses crimes, tous ses fondements s'écrouleraient.

 

Voir les commentaires

RADIO : Les amis d’Orwell sur la violence d’Etat

Voir les commentaires

Statistiquement on a plus de de chance de finir tué par un policier que par un terroriste

fergusoninparis.jpg

Voir les commentaires

Extrait d'un discours de Mandela

Nelson-Mandela-Football_8.jpg

Extrait d'un discours de Mandela : "J'ai dit que le temps de la résistance passive était terminée, que la non-violence était une stratégie vaine et qu'elle ne renverserait jamais une minorité blanche prête à maintenir son pouvoir à n'importe quel prix. J'ai dit que la violence était la seule arme qui détruirait l'apartheid et que nous devions être prêts, dans un avenir proche , à l'employer. La foule était transportée ; les jeunes en particulier applaudissaient et criaient. Ils étaient prêts à agir comme je venais de le dire. A ce moment là, j'ai entonné un chant de liberté dont les paroles disaient : "Voici nos ennemis, prenons les armes, attaquons les." Je chantais et la foule s'est jointe à moi et, à la fin, j'ai montré la police et j'ai dit : "Regardez, les voici, nos ennemis!""

La non violence suppose que la partie d'en face, face preuve d'entendement. Depuis 40 ans on assiste à une corruption généralisée, à une surdité face aux crimes et violences policières : http://bourgoinblog.wordpress.com/2014/10/31/les-violences-policieres-augmentent-elles-en-france/
http://www.bastamag.net/Homicides-accidents-malaises

Beaucoup de livres, de manifestations, d'interpellations politiques, d'articles et surtout beaucoup de morts, de mutilés, de familles détruites ont eut lieu.

Un combat noble et légitime, contre un état sourd, se gagne par une alliance stratégique entre les violents et les non violents (dont on fait partie).

Cordialement,

Le frère d'un tué de la police

Voir les commentaires

GRANDE MANIFESTATION dimanche 2 novembre à 15h métro Stalingrad - PARIS

Pour les parisiens un appel à une GRANDE MANIFESTATION dimanche 2 novembre à 15h métro Stalingrad est lancé.

Pour faire suite à la manifestation de ce mercredi nous vous invitons à venir avec vos casques de moto, de vélo ou de trottinette (voir le texte pourquoi nous sommes casqué.e.s). https://paris-luttes.info/pourquoi-nous-sommes-casque-e-s

Dans les quartiers, aux frontières et dans les luttes, la police réprime, mutile, et assassine.

Nous n’appellerons pas au calme, nous ne laisserons pas le silence retomber, nous n’oublierons rien !

 

mouvementdescasque-e-s.jpg

Voir les commentaires