Rappel : Lundi 8 avril 18 h à la rotonde pôle tertiaire (Clermont-Ferrand), conférence : "citoyens forces de l'ordre un rapport de force déséquilibré"

fecr2013unef-auvergne

Rappel : Lundi 8 avril 18 h à la rotonde pôle tertiaire (Clermont-Ferrand), conférence : "citoyens forces de l'ordre un rapport de force déséquilibré"
Avec la présence de Jean-louis Borie avocat du Syndicat des avocats de France, de justice et vérité pour Wissam, le collectif contre le contrôle au faciès et Charles-andré Dubreuil professeur de droit public à l'université d'Auvergne.

Voir les commentaires

21h30 Participation du comité à une discussion autour du thème des violences policières dans le cadre du Festival Pico y Pala

pico.jpg

 

"Vendredi 5 avril / 20h



VIOLENCES POLICIÈRES DANS LES QUARTIERS POPULAIRES



À La 20e Chaise

38 rue des Amandiers, 20e

Métro Père Lachaise



La Mala reputación, 2 años sin Luciano Arruga. (La Mauvaise Réputation, 2 années sans Luciano Arruga)

Documentaire / 31' / DocSur et El Perro Comunicación contra la Represión / 2011 / Argentine

Les « délinquants » et les «jeunes des banlieues » font les choux gras des journaux télévisés.

Prenant comme point de départ l’histoire de Luciano Arruga, jeune garçon séquestré par la police de La Matanza, dans la province de Buenos Aires, ce documentaire propose de montrer la réalité sous un autre angle, celui de ceux qui sont touchés par la « gâchette facile » et autres actes perpétrés par la police comme force répressive, pour dévoiler le processus complexe qui exclut les jeunes en marges du système, et les montre comme des dangers potentiels à la classe moyenne urbaine.



Sans Casque ni bouclier : témoignage d'un ex-officier de police.

Documentaire / 20’/ Regarde à Vue / 2005 / France

Parce que la répression syndicale touche tous les milieux et qu’il convient tout particulièrement de museler ceux qui occupent des postes clés comme dans la police, un témoignage contre les catégorisations faciles, les analyses simplificatrices qui s’adressent à toutes et à tous, qui éclaire sur une des réalités de l’application des politiques sécuritaires mises en œuvre par les derniers gouvernements.



La vérité sur Wissam, bavures policières à Clermont Ferrand.

Documentaire / 23’ / Comité Vérité et Justice pour Wissam /2012 / France

Le 1er janvier 2012, suite au jet d'une pierre sur une voiture de police, Wissam est interpellé. Une dizaine de voitures mobilisées, des policiers violents et excités, s'en sont pris à un homme déjà maitrisé. Au petit matin, Wissam est admis en service de réanimation. 1 semaine plus tard, Wissam décède de son agression. ENSEMBLE RÉCLAMONS LA JUSTICE !!!



21h30

Buffet + Discussion avec le Comité Vérité et Justice pour Wissam et autres collectifs contre les violences policières."

http://picoypala.canalblog.com/archives/2009/12/06/26759147.html


Voir les commentaires

LA JUSTICE EST SOURDE!!!!!

Malgré avoir répété de nombreuses fois aux juges d'instruction de donner au médecin légiste le dossier médical avant que son rapport final soit écrit, les juges ne nous ont pas écouté et nous avons l'avons dénoncé publiquement. En Novembre dernier la chambre d'instruction a demandé aux juges d'instructions de rechercher les vraies photos du 1er janvier prises par la sureté départementale malgré cela rien est fait. Nous critiquerons également les résultats de la contre-autopsie s'il on ne donne au médecin légiste ces fameuses photos. ON NE CESSE DE DEMANDER DEPUIS PLUS D'UN AN A MAINTES REPRISES QUE CES PHOTOS PRISES PAR LA SURETE DEPARTEMENTALE SOIENT DONNES AU MEDECIN LEGISTE AVANT QU'IL REDIGE SON RAPPORT!!!!!!!

fermer-oreille.jpg

Voir les commentaires

Valls sur l'affaire Wissam : "La police doit contribuer à cette recherche de la vérité","La vérité doit être faite"

la-verite-doit-etre-faite-sur-l-affaire-el-yamni.jpg

 

Article La Montagne

"...Il y a quatorze mois, deux policiers clermontois étaient mis en cause dans le décès de Wissam El-Yamni, interpellé dans des conditions troubles. Quelle est votre lecture de cet événement ? 

Je comprends l’émotion. Quand un jeune meurt, c’est un drame pour sa famille, et, plus globalement, pour les habitants d’une ville. Une instruction est en cours. J’ai confiance dans la justice pour faire toute la lumière sur cette affaire. La police doit contribuer à cette recherche de la vérité. Si je comprends l’émotion, je n’accepte pas que l’on cherche à faire vaciller l’ordre républicain. Je dénonce fermement les actes de violences de janvier 2012 : 114 véhicules et 56 poubelles ont été incendiés, le bureau de police de Saint-Jacques a été dégradé : l’ordre républicain implique le respect des policiers qui sont dépositaires de l’autorité publique. Il implique aussi le respect par les policiers des règles, de la loi, de la déontologie. J’ai lancé plusieurs chantiers depuis mon arrivée pour restaurer ces liens de confiance entre les policiers et la population de certains quartiers : le retour du matricule sur les uniformes, une nouvelle version du Code de déontologie...."

link 

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2013/03/25/de-l-affaire-wissam-el-yamni-au-tramway-clermontois-manuel-valls-promet-des-resultats-1490451.html

 

Article Le Progrès

"...Que pouvez-vous nous dire sur l’affaire Wissam El Yamni, ce Clermontois décédé lors de son interpellation le 31 décembre 2011 ?

-Une enquête est en cours. La vérité doit être faite car, quelles que soient les circonstances, il y a une victime, et l’on doit penser à sa famille et à ses proches. Chacun demande, la famille comme les forces de l’ordre, que la justice fasse la vérité..."

link

http://www.leprogres.fr/haute-loire/2013/03/25/la-verite-doit-etre-faite-sur-l-affaire-el-yamni

Voir les commentaires

La sévérité doit aussi s’appliquer aux crimes de policiers (tribune)

link

http://www.rue89.com/2013/03/09/la-severite-doit-aussi-sappliquer-aux-crimes-de-policiers-240302

Voir les commentaires

Bi-mensuel suisse

 

cite1.JPG

cite2

Voir les commentaires

Interview sur une radio étrangère de Farid

http://french.irib.ir/galeries/videos/item/245778-farid-el-yamni-urgence-notre-police-assassine,-témoignage-du-frère-de-l-une-des-victimes

link

Voir les commentaires

Liste des films retenus pour la diffusion le Vendredi 15 Mars à 20h Salle Poly


sauvequipeutlecourtmetrage.jpg

 

logo-traces-de-vie_large.jpg

logo-itsra.jpg

Un grand merci au festival du court métrage de Clermont-Ferrand, à l'ISTRA, à Traces de vies-Festival du film documentaire, aux réalisateurs et aux ayants droits pour leurs aides dans la diffusion de ces films dans le cadre de la journée internationale des violences policières. Voici la liste des films pour le Vendredi 15 Mars :

  • "Justice pour Lamba" film de Bonny Judicaël Anoma

Le 24 avril 2008, une voiture de police se fait attaquer à coup de jets de pierres au quartier de la Fontaine (Seine Saint-Denis). Deux semaines après, dans ce même quartier, Lamba Soukouna se fait agresser par la police.

justicepourlambda.jpg

  • "Une vie", film d'Emmanuel Bellegarde

Inspiré du travail d’improvisation de Yona Friedman, ce film d’animation réalisé en ruban adhésif fait le portrait d’un homme qui a vécu dans la marge et qui en a subi les conséquences.

unevie.jpg

 

  • "Place de la paix" film de Valencia Marino

Comment la vie d'un simple citoyen a changé, un jour, à cause de l'apparence de son visage.

 

placedelapaix.jpg

  • "Still" film de Laura Waddington 

still.jpg

"I wanted to draw the audience's attention to the "climate of impunity" within the French police force, described by Amnesty International. More and more, people who complain or speak out about police violence are being charged with defamation or "outrage et rébellion." This has come to apply to reporters and artists too." Laura Waddington

  • "L'art délicat de la matraque" film de Jean-Gabriel PERIOT

Des images en noir et blancs issues de l’actualité d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs montrent des manifestants révoltés face à une police peu conciliante. Soudain, les deux entités se rapprochent comme aimantées, se confrontent et se jugent. L’espace d’un instant, l’affrontement ressemble à une parade minutieusement chorégraphiée, à une danse sociale hautement codifiée. Peuple et pouvoir semblent s’unir mais une frontière quasi invisible les sépare, une ligne de démarcation qui s’agrandit à mesure que les électrons libres s’agitent et se révoltent. Dans les interstices de cette faille s’engouffrent la violence et la barbarie commises en toute impunité.

art-de-licat-de-la-matraque-l-de-Jean-Gabriel-PE-RIOT1.jpg

Merci de nous contacter au 06 63 93 62 98 si vous souhaitez nous aider à afficher les affiches annonçant l'évènement :

Affiche-15-mars--Version-4-avec-logos-.jpg

Voir les commentaires

Conférence de presse le Mardi 12 Mars 2013

 
Clermont-Ferrand, le 10 mars 2013
 
COMMUNIQUE DE PRESSE
Conférence de presse le Mardi 12 Mars 2013
 
Au centre Jean Richepin salle numéro 1 : 21 rue Jean Richepin 63 000 Clermont-Ferrand, à 11h30
La famille de Wissam El Yamni, décédé le 9 janvier 2012, leurs avocats, leurs soutiens communiqueront sur 3 points :
- l'état de l'affaire Wissam El Yamni
- la journée internationale des violences policières du 15 Mars, journée dans laquelle une projection de courts métrages aura lieu à Clermont-Ferrand (cf affiche)
- la semaine nationale des violences policières qui commencera à la suite de la journée internationale des violences policières et qui se terminera par une manifestation à Paris le 23 Mars (cf 2 ème affiche)
Contact presse : El yamni Farid 06 63 93 62 98
Affiche-15-mars.jpg23-mars.png

Voir les commentaires

Journée internationale contre les violences policières

Dans le cadre de la journée internationale contre les violences policières et de la semaine nationale contre les violences policières, Justice et Vérité pour Wissam organisera avec ses soutiens une soirée de sensibilisation et d’échanges, le 15 mars 2013 à Clermont-Ferrand.

Nous exigeons ce qui vaut de droit l’égalité de traitement.

Cette soirée sera l’occasion d'exiger la justice et la vérité pour Wissam, de dénoncer par là même l’opiniâtre surdité et la condescendance sur les exigences inaliénables d'égalité. Les  criminels, en uniforme ou non, doivent être traités de la même manière et avec la même intransigeance. Les  principes républicains doivent toujours l'emporter sur la connivence, l'arrivisme, le carriérisme ou le calcul politique qui gangrènent l'institution policière et judiciaire.

Une partie du corps est malade, il faut la guérir. 

Plus d'un an après le décès de Wissam El yamni, nous assistons à une fracture de confiance. Malgré les nombreux rappels sur les incohérences et zones d'ombres ignorées, nous constatons  ostensiblement  un refus de désintoxiquer la police de ses brebis galeuses. Si rien n’est fait le même virus de désamour qui atteint actuellement la police proliférera et contaminera avec un degré peut être plus important l'ensemble de l'institution judiciaire.

 Il est encore temps de désintoxiquer la police, il en va de la santé de la république.

Aujourd’hui, tous les comités et associations nés suite à ces affaires ont décidé de se soutenir, de mutualiser le combat, d’échanger leurs expériences pour permettre d'immuniser la société de futurs victimes. Le cas de Wissam n’est pas simplement un fait divers mais un fait récurrent : Abdelhakim Ajimi, Mickaël Cohen, Lamine Dieng, Mahamadou Marega, Abou Bakary Tandia, Bouna Traore, Zyed Benna, Laramy Soumaré, Reda Semmoudi, Ali Ziri, Yakou Sanogo, Baba Traore, Fethi Traore, Louis Mendy, Amine Bentounsi, Youcef Mahdi, Nabil Matboul, Yassine Aibeche  

 

Nous ne souhaitons pas d'une pommade mais d'un traitement efficace. 

 

Aux yeux de certains « ir-responsables », ces décès ne sont que « regrettables », suggérant qu'ils sont incurables et inhérents à la police. FAUX ! Nous combattons avec la plus grande vigueur cette erreur de diagnostic. Il y a une adéquation évidente à travers toutes les affaires entre la mort d'un individu et un degré de sentiment d'impunité ressenti par le mauvais policier qui lui ouvrira ensuite  la porte du crime. En combattant ce mal, on évite les crimes.

Nous souhaitons simplement des gardiens de la paix et une justice « juste » dont on pourrait être fiers. C’est pourquoi nous avons choisi de faire du 15 mars une journée didactique, pleine de fraternité. La soirée sera marquée par un rassemblement symbolique, suivi de la diffusion d’un film/documentaire et d’un échange entre public et intervenants.

Nous vous appelons à faire de cette soirée un succès, pour que cesse une double injustice : celle des décès (police) et celle des procès (justice). Ce combat nous le plaçons, encore et toujours, sous l’égide des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. 

ON NE LACHERA PAS !

Farid El yamni (Président du comité justice et vérité pour Wissam)

 

Affiche-15-mars--Version-4-avec-logos--copie-1.jpg

Voir les commentaires