Article de Libération du Mercredi 9 janvier 2013 (ce matin)

liberation-mercredi-9-janvier-copie-1.jpg

 

Voir les commentaires

Où est la ceinture ?

2670_front.jpg

Regardez bien cette video :http://www.dailymotion.com/video/xnkw0c_les-dernieres-heures-de-wissam-el-yamni_news#.UN4MO6XWnx6

Comme vous pouvez le voir Wissam portait une ceinture en cuir noire qui ne nous a jamais été communiqué...

Arrivé au commissariat son pantalon était au niveau des genoux, il n'y avait plus de ceinture, on lui a donc enlevé sa ceinture après son interpellation avant sa mort. Mais où est donc passé cette ceinture et à quoi a-t-elle servi? Pourquoi n'a t elle pas été présenté au médecin légiste alors que sa veste, ses baskets, son pantalon, son pull, ses chaussettes, ll'ont été?


La raison semble évidente : les traces de strangulation sur son cou sont compatibles avec la largeur de sa ceinture et le médecin légiste aurait forcément fait le rapprochement. L'assassin sachant qu'une autopsie aurait lieu, il a dissimulé l'arme du crime.


Wissam a été étranglé de dos alors qu'il était allongé à plat ventre sur la banquette arrière dans la voiture avec sa propre ceinture. 


IL NE S'AGIT PAS D'UN ACCIDENT MAIS D'UN ASSASSINAT!!!!!


La mort par compression des artères carotides est reconnu, elle est compatible avec une forme de pendaison.


Selon wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pendaison)
"pendaison sans chute (ou de faible hauteur) : le mécanisme de la pendaison est la strangulation, la compression du cou entraînant selon le niveau de pression exercé :la compression des artères carotides entraîne une ischémie cérébrale qui se traduit par une perte de connaissance rapide. Un cas particulier est la compression sur ces artères de capteurs de pression (les « glomi ») qui entraîne un ralentissement extrême et immédiat du cœur jusqu'à la syncope et l'arrêt cardiaque."
Nous vous demandons de venir le 9 janvier avec une ceinture autour du cou parce qu on est tous Wissam.
QUE JUSTICE SOIT FAITE!!!

Voir les commentaires

Interview de Farid (le 31/12/12)

Voir les commentaires

Mercredi 9 janvier 2013 : commémoration de la mort de Wissam- 1 an déjà ...

mercredi-9-janvier-copie-1.jpg
Mercredi 9 janvier 2013 : commémoration de la mort de Wissam- 1 an déjà ...

15h Rassemblement silencieux devant le Palais de Justice Clermont-Ferrand
17h Dépôt de gerbe parking en face l'école Jean De la fontaine- La Gauthière
19h30 Projection/débat Cinéma Le Rio

--
"Dans la notion d'exaspération, il faut comprendre la violence comme une regrettable conclusion de situation inacceptable pour ceux qui les subissent. Alors on peut dire que le terrorisme est une forme d'exaspération. Et que cette exaspération est un terme négatif. Il ne faudrait pas ex-aspérer, il faudrait espérer. L'exaspération est un déni de l'espoir. Elle est compréhensible, je dirais presque qu'elle est naturelle, mais pour autant elle n'est pas acceptable. Parce qu'elle ne permet pas d'obtenir les résultats que peut éventuellement produire l'espérance."
Stéphane Hessel - Indignez-vous ! 
--
Justice et Vérité pour Wissam 

Voir les commentaires

ETAT DES LIEUX : 1 AN APRES

Le 1er janvier 2012 à Clermont-Ferrand Wissam est interpellé par des policiers, il est lynché sur le parking en face de l'école jean de la fontaine. Il tombera dans le coma et décédera 9 jours et demi plus tard d'une longue agonie.
Retour sur une longue série de mensonges, de laxisme et d’hypocrisie....
- Tout d'abord, un des éléments le plus essentiel, Wissam n'était pas excité. Les messages radios ne font pas l'état de quelqu'un d'excité, les témoins ne font pas état de quelqu'un d'excité, certains policiers affirment même que Wissam était calme. Il y a moins d'une minute entre le signalement de la fuite et son arrestation 150 m plus loin ce qui correspond à ce qu'affirme des témoins, l'arrestation s'est faite par surprise. L'arrestation a donc été rapide. Le nombre de coups reçus et de fractures sont donc de trop car ils ont contribué à la mort de Wissam. Il y avait 25 policiers présents sur les lieux de l'interpellation. Au passage, le procureur avait communiqué sur 3 voitures au maximum, il s'agissait d'un mensonge. Wissam a été embarqué dans une voiture où il y avait 2 personnes dont un chauffeur. S'il avait été excité, ce transport avec seulement un policier avec lui aurait été inconcevable. Hors on le sait maintenant, il été déjà à demi KO par les coups qu'il a reçu. Au vue de l'état du corps à l'arrivée à l'hôpital, il était certainement plus que diminué et ne pouvait pas être excité lors du transport. Les analyses toxicologiques révèlent que Wissam n'était pas sous emprise, ni de cocaïne, ni de cannabis au moment de l'interpellation, mais en avait simplement des traces dans le sang (consommation passive cannabis, consommation récente de cocaïne mais passée). Traces dont le taux est très bas : 6 ng/ml pour la cocaïne et 1ng/ml pour le cannabis. Il n'était donc pas sous emprise de "cocktail de drogues" lors de l'interpellation comme on nous l'a maintes fois répété. Les résultats toxicologiques ne sont pas contestés, seule l’analyse l’est. On estime une consommation à 22h (l'effet de la cocaïne du à temps de demi vie très court dure moins de 40 min). L'interpellation a eut lieu à 3h30 du matin.
- Pourquoi avoir aussi menti sur la longueur du casier judiciaire de Wissam qui ne fait pas acte de violence ? Il avait un casier judiciaire suite à une "bêtise" d'une conduite en état d’ivresse.
- Sur le plan médical, l'autopsie intervient qu'après 9 jours et demi de soins intensifs, par conséquent le corps a fortement cicatrisé. Le rapport de pré-autopsie omet plusieurs fractures importantes (au minimum 6), et parallèlement ce même rapport dont l’objectivité est néant repère étonnamment des micros lésions presque invisibles, une excroissance qui est présente chez tout individu.Comment un médecin légiste peut-il zapper toutes les fractures et repérer une excroissance ??? On peut douter de sa crédibilité.
- La thèse du pliage ne peut expliquer, ni les lésions, ni les bleus très importants au niveau du cou ! Pourquoi ne pas reconnaître la thèse de la strangulation qui est la seule raisonnablement valable alors qu'il serait mort d'une compression du cou et alors que les premiers médecins qui l'analysent reconnaissent des marques de stangulation importantes des 2 côtés du cou?
-Selon les policiers, Wissam n'aurait pas été "tué" dans leur voiture et selon toujours eux, il se serait évanoui une fois posé au seul endroit du commissariat où il n'y a pas de caméras (quelle coïncidence!!!). Ce mensonge ne traduit-il pas une culpabilité des policiers concernés et complices?
- Comment accepter la thèse des policiers qui affirment que l'état du corps à l'arrivée est une conséquence d'une excitation des chiens sur Wissam et non des coups donnés ?
- Comment interpréter que le policier qui contrôla l'alcoolémie des autres policiers était un des policiers présents sur les lieux de l'interpellation, un policier qui a la réputation d'être une personne violente ? Un test avait été demandé par le parquet sur Wissam, et sur les policiers présents sur les lieux de l'interpellation. Ce test a été fait entre collègues, au commissariat, à l'éthylotest pour les policiers alors qu'ils avaient les moyens de le rendre sanguin, tandis qu’il a été sanguin pour Wissam. Les témoins qui sont ensuite venus sur le parking (ce que confirment les policiers eux-mêmes) affirment que les policiers étaient saouls. C’est un des policiers présents sur les lieux de l’interpellation qui a effectué ce test alors qu’il devait lui- même s’y prêter. D’ailleurs, c'est le seul PV qu’il réalise, c’est dire à quel point ça le tenait à cœur. Il a l’audace d’écrire : « agissant conformément aux demandes du parquet ».
- Un des deux policiers ayant été mis en congé, juste après la tragédie était formateur généraliste à l'école de police! De plus, la réputation de ce dernier le rattrape, il était considéré comme arrogant. Comment nous expliquer qu'un formateur puisse donner un si mauvais exemple ?
-La version des témoins concorde avec la chronologie des faits, avant même que la version policière soit remise à la justice ! Les témoins n'ont pas pu tout inventer, sinon la version des témoins aurait été complètement différente, et discordante, de la chronologie des événements ! Ce sont d'ailleurs les témoins qui ont été les premiers à révéler le rôle de chacun des protagonistes.
- Sur certains Procès-verbaux, on retrouve exactement la même réponse à une même question posée par la même personne à deux personnes différentes (il s'agit ici de la déposition des policiers). Que faut-il en conclure ? Ont-elles le même cerveau? Est-ce la même personne à chaque fois qui répond? Sont-ils des clones?
- A notre demande, puisque la première autopsie a été faite étonnamment sans le dossier médical, le juge a demandé à la police des polices d'aller chercher le dossier médical dans lequel il y avait des photos prises par les médecins. Dans le dossier médical transmis aux juges il n'y avait plus les photos. Ont-elles été oubliées ou bien volontairement omises ?Ces photos ont été envoyées par courrier aux juges sans passer par la police des polices. Tout est fait pour dissimuler l'état de Wissam à l'arrivée de l'hôpital (Wissam est resté 9 jours et demi en soins intensifs, son corps a donc fortement cicatrisé pendant cette période).
- Quel est le vrai temps d’arrêt cardiaque, il y a 3 versions différentes: 10 min (1ere version), 25 min (2ème version), 40 min (3ème version). Comment cela se fait-il que l'on nous a menti sur le vrai temps d'arret cardiaque, nous faisant croire à une récupération rapide ?
- 3 photos ont été mises sur un procès verbal du 1er alors qu'elles ont été prises bien plus tard (à la fin de l'hospitalisation en soins intensifs alors que les blessures visuelles avaient fortement cicatrisées voir disparues pour la plupart).Comment cela se fait-il que des photos prises à la fin de l'hospitalisation se retrouvent sur un procès verbal du 1er janvier ? Sur ce même procès verbal, il est marqué qu'un album photographique a été fait le 1 er janvier au matin, ce que confirment les médecins pour avoir vu prendre de nombreuses photos ce jour là et pourtant ces photos n'apparaissent pas dans le dossier alors qu'elles existent. 3 sources d'informations différentes confirment l'existence de ces photos : le proces verbal, les médecins, les policiers eux-mêmes qui disent avoir pris des photos le dimanche 1er janvier au matin à la justice. Il suffit à la justice de comparer ces fameuses photos à celles prises par le CHU le jour d'après pour s'apercevoir qu'elles ne sont pas du 1er janvier. Ces photos ont influencé la première autopsie, puisque c'étaient les seules photos présents à l'origine, les seules à être présentées au médecin légiste.Les vraies photos du 1er janvier ne sont toujours pas remises au médecin légiste 12 mois après. Après plus de 12 mois, après l'ensemble des erreurs judiciaires, personne ne comprendra que ces photos ne soient pas remises au médecin légiste alors même que la chambre d'instruction a imposé aux juges d'instruction (qui refusaient jusque là) de les chercher. Il ne s'agit plus d'incompétence, il s'agit désormais de malhonnêteté intellectuelle de la justice. Si les photos prises par les policiers le 1er janvier ne sont pas rendues au médecin légiste avant les résultats de la contre-autopsie, il ne s'agira pas d'un simple oubli.
-La demande de contre autopsie avait été demandée fin mars et faite par écrit le 3 avril. Pourquoi avoir attendu 2 mois 1⁄2 avant de donner l’ordonnance de contre- autopsie ? Même les juges d'instruction, de ce fait, sont hors délai, voir hors la loi. 12 mois après nous n'avons toujours pas les résultats de la contre autopsie. Qu'en est-il des droits de Wissam, de sa famille?
- Pourquoi avoir imposé à une famille déjà durement touché par ce drame, une lenteur judiciaire inexplicable, inexcusable et intolérable qui aura mis 6 mois à rendre le corps de Wissam à la famille pour qu’enfin il puisse être enterré et repose en paix ? Aux jours d'aujourd'hui, plus de 12 mois après nous n'avons toujours pas les résultats de la contre-autopsie.Il y a une succession, de mensonges et d'erreurs, toutes à décharge. Ainsi qu’un manque de professionnalisme, voire de moralité de fonctionnaires que l'on rémunère. La douleur de la famille, ne fait que grandir au fur et à mesure qu'ils se rendent compte que des criminels sont protégés et que l'on ne reconnaît pas le statut de victime à Wissam malgré les nombreux témoins et alors qu'il a pourtant souffert physiquement, mentalement, qu'il a été torturé, humilié et qu'il a agonisé dans le coma pendant neuf jours avant de succomber.

Voir les commentaires

On est tous sur le même bateau

old-style-gold-compass-on-white-background-1.jpg

Dans la nuit du 31 décembre 2011 au 1er janvier 2012 à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme, Wissam El Yamni a été interpellé par des policiers qui, selon les témoignages recueillis et les éléments mis en évidence, lui feront subir des violences volontaires, s'apparentant à un véritable lynchage, faits perpétrés sur un parking situé en face de l'école Jean de la Fontaine. Wissam tombera dans le coma et décédera neuf jours et demi plus tard à la suite d'une longue agonie. Depuis le 1er janvier 2012, les affaires policières se sont multipliées. c'est pour faire écho à cette année particulière et à l'anniversaire du tragique évènement le soir de la Saint-Sylvestre que nous souhaitons vous rappeller que nous sommes sur le même bateau.

 

Communiqué de Farid EL YAMNI

du dimanche 16 décembre 2012

 

 

L’année 2012 commença à Clermont-Ferrand par un coup de Trafalgar : la mort de Wissam El Yamni. La vérité est limpide. L’injustice dans le traitement de l’affaire judiciaire a provoqué des tsunamis moraux incommensurables.

 

La France est notre arche à tous, le bonheur collectif étant le cap commun. Responsables de la police et de la justice, on vous a choisi pour être nos capitaines.

 

On tient le gouvernail en étant juste, responsable, exemplaire, rigoureux, digne de confiance, honnête, indépendant, impartial, équitable. Ne cédez pas aux chants des sirènes qui voudraient vous faire dévier du cap, l’ensemble du bateau est et sera plus que jamais très attentivement en train de vous épier. Nous sommes désormais attentifs.

 

La France possède avec les Droits de l’homme une jolie boussole que d’autres équipages nous envient. Faute d’en prendre soin, les fonctions de cette boussole ont été tellement fragilisées que les droits de l’homme risquent d’être cantonnés à un simple objet artistique. Mais sans boussole, comment s’orienter ? Est-ce en étant intransigeant ou en bafouant avec vanité les valeurs républicaines qu’on arrivera à redonner confiance à une France qui doute de son destin ? L’absence du respect de ce cap immuable pousse au mépris de soi-même, puis des autres, aux mutineries et enfin aux naufrages. Les efforts pour atteindre ce cap même s’ils paraissent au demeurant importants sur le court terme, ils le sont beaucoup moins que les efforts futurs que chacun devraient supporter en son absence sur le long terme.

 

Si l’année 2012 représentait pour tous une annus horribilis, il s’agit désormais de faire de l’année 2013, pour tous, une annus mirabilis.

 

Retrouvez avec clairvoyance et courage le cap. Bon vent pour cette nouvelle année !

Voir les commentaires

Démission du juge d'instruction

A partir de Janvier, nous avons un nouveau juge d'instruction. Le précédent juge d'instruction démissionne de ses fonctions. Vous avez démissionné mais même en maison de retraite nous vous demanderons des comptes, Madame, comme à tous ceux qui auront été trop laxistes, naïfs au mieux, malhonnêtes au pire et ceux qui ont couvert malgré leurs fonctions un assassinat . A bon entendeur... balance_justice1-1024x756.jpg

Voir les commentaires

Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789

declaration-des-droits-de-l-homme.jpg

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen.


Art. 1er. -

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

...

Art. 4. -

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

...

Art. 9. -

Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

...

Art. 12. -

La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

...

Art. 15. -

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Voir les commentaires

RAPPEL

link

Les réactions des partis politiques et syndicats à la mort de Wissam El-Yamni
Le Parti Communiste, appelle à la suspension des policiers qui ont procédé à l'interpellation. Du son côté, le Syndicat de police Alliance, soutient les forces de l'ordre. L'ACCM appelle au respect du deuil de la famille.
"Wissam est un jeune que nous avons vu grandir à nos cotés, nous bénévoles asssociatifs de l'Association culturel marocaine et habitants du quartier la Gauthière.
 Mes pensés vont à la famille de Wissam, sa femme, ses parents, frères et soeurs mais aussi à ses amis.
Il faut que toute la lumière soit faite sur les circonstances qui ont conduit Wissam à la mort. Une instruction est en court et j'appel tous les jeunes de nos quartiers à garder leur calme et respecter le deuil de la famille.
L'heure est grave il faut maitriser nos nerfs et laisser faire la justice qui j'en suis persuadé fera son travail. "
 
Mohamed QORCHI
Président de l'ACCM
------------------------------------------------------------------------------------------------------
La FSU63 réaffirme son soutien à la famille de Wissam El-Yamni décédé suite à une arrestation.

Elle réaffirme également son soutien avec la population des quartiers de Clermont, et notamment les enfants, qui vit depuis plusieurs jours dans un climat d’extrême tension.

Elle dénonce toute forme de surenchère et exige que toute la lumière soit faite sur les conditions de cette arrestation.

Face à la dégradation de la situation dans les quartiers populaires de la région clermontoise, les personnels de l’éducation, de la territorial et de l’hospitalière de la Fédération Syndicale Unitaire (FSU)  demandent aux manifestants de garder leur calme et aux forces policières de ne pas faire dans la surenchère, afin que  la justice se prononce sereinement sur les conditions du décès de Wissam

Elle invite ses militants comme tous les citoyens à exprimer dans le calme samedi après midi cette solidarité lors de la manifestation organisée par le collectif « justice et vérité ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour le collectif UNITAIRE :

" Ce décès n’aurait pas eu lieu si l’interpellation avait été conforme à ce que tout citoyen peut attendre d’une police professionnelle et responsable. 
Les déclarations intempestives et partisanes du ministre de l’intérieur, ne sont pas admissibles et témoignent des pressions qui sont d’ores et déjà exercées sur l’autorité judiciaire. Le déploiement disproportionné de la force policière n’est pas de nature à calmer les esprits, bien au contraire. Seule une enquête menée en toute indépendance permettra d’apaiser les tensions.
La famille et les amis de Wissam El Yamni et tous les citoyens épris de justice exigent la vérité. Nous serons à leurs côtés et invitons toutes les femmes et les hommes épris de justice à participer à la manifestation du samedi 14 janvier à 14H Place de la Gauthière. ". 

Signataires : Ligue des Droits de l’Homme, Réseau Éducation Sans Frontières, Syndicat des Avocats de France, Europe Écologie Les Verts, Union Syndicale SOLIDAIRES, Brut de Béton Production, CGT, Front de Gauche (PG, PCF, GU), Association France Palestine Solidarité, Utopia, UNEF, AlterÉkolo, FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique), Université Populaire et Citoyenne, Réseau Université Sans Frontières, NPA, CIMADE, CPCA Auvergne, CRAJEP Auvergne, AROEVEN Auvergne, Parti Socialiste 63 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour la fédération du Puy-de-Dôme du Parti communiste français :

« Il est indispensable que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cette interpellation ayant entraîné la mort d’un homme. C’est une tragédie pour la jeunesse et la population de ces quartiers et plus largement pour toutes les Clermontoises et Clermontois. Les deux policiers ayant procédé à l’interpellation doivent être suspendus de leurs fonctions en attendant que la justice puisse faire son travail. C’est une mesure de justice et d’apaisement. (…) Le déploiement d’un important dispositif policier (…) nous paraît être une réponse disproportionnée, rajoutant de l’huile sur un feu qui a déjà fait beaucoup trop de dégâts. (…) Au-delà de ce drame et selon de très nombreux témoignages des habitants des quartiers nord de Clermont-Ferrand, nous déplorons que le quotidien des jeunes soit dominé par les discriminations en tous genres ou les contrôles d’identité quasi permanents. Ces pressions doivent cesser, la République ne peut se comporter ainsi. (…) ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour Europe Ecologie - Les Verts Puy-de-Dôme 

Le mouvement « exprime sa peine et toute sa solidarité à la famille de Monsieur Wissam El-Yamni, décédé lundi après une violente interpellation, comme disent les policiers, lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. Les premiers éléments de l'enquête en cours et les témoignages des habitants sont accablants et révoltants (…). Il semble qu'il y a eu bien plus que deux policiers à mettre en cause pour ce tabassage. Frapper à mort un homme sans défense, quoi qu'il ait fait, est indigne d'un état de droit. Le déploiement de force effarant de plus de 400 policiers et de deux hélicoptères qu'a installé le préfet ne fait que tendre la situation et transforme en coupables potentiels les habitants d'un quartier en état de siège. (…). Ces brutalités résultent de la politique du tout répressif qui est cultivée au ministère de l'intérieur depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à ce ministère en 2005 (…). Europe Ecologie - Les Verts demande que la vérité soit très vite établie en toute indépendance, qu'il n' y ait pas d'impunité policière, que les amis de Wissam El-Yamni constatent qu'existe encore la justice ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour le Modem 63


Pour le président du MoDem 63, Michel Fanget : « Il ne faut pas tomber dans la surenchère ni stigmatiser les populations de ce quartier. La Gauthière n’est pas une zone de non droit ni cette périphérie de Clermont une banlieue de Marseille. Les événements qui viennent de s’y dérouler sont une réaction à vif consécutive à un dramatique fait divers mais en aucun cas il ne s’agit d’un quartier en insurrection. La situation a, du reste, été plutôt bien gérée jusque-là. Tant de la part des habitants qui ont su rester respectueux et dignes, que par les forces de maintien de l’ordre dont la tâche n’est pas toujours facile. Mais il ne faut pas risquer la provocation. Il s’agit d’un fait ponctuel, émanant de quelques individus, pas la réalité quotidienne de ce quartier dont je connais bien la population. J’espère que ces fâcheux événements et la situation qui les a provoqués, auront au moins pour conséquence de faire prendre conscience du nécessaire rétablissement d’une véritable police de proximité. La seule à même d’assurer une quiétude quotidienne pour tous. Et non plus seulement de jouer les pompiers quand l’incendie est déclaré. » 
------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour la Ligue des Droits de l'Homme de Clermont-Ferrand : 

La Ligue « considère que les faits graves constatés dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, ayant entraîné la mort de Wissam El Yamni, appellent une réponse judiciaire adaptée et rapide. A l’évidence, ce décès aurait pu être évité si les conditions d’interpellation avaient été conformes à ce que tout citoyen peut attendre d’une Police professionnelle et responsable. (..) Les forces de l’ordre jouent un rôle fondamental de garantie des libertés individuelles, nous n’ignorons pas les difficultés de leur tâche et c’est parce que nous respectons leur travail que nous stigmatisons les dérapages et les actes illégaux. (…) Par ailleurs, la Ligue des Droits de l’Homme ne peut que s’insurger contre le caractère disproportionné des moyens de sécurité mis en œuvre et qui en eux-mêmes peuvent être perçus et vécus comme une véritable provocation et contribuer à envenimer une situation particulièrement explosive »

------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour les responsables de République Solidaire 63 (mouvement de soutien à Dominique de Villepin)

« Ces incidents ne manquent pas d’enseignements. Une fois de plus, ils mettent en exergue deux « France » qui se regardent en chiens de faïence, et s’affrontent parfois, autour d’incidents comme celui dont nous venons d’être témoins. Certains seront tentés d’exacerber les haines et les défiances. Mais ces discours ne feront que rendre plus fréquents ces drames et dérapages. Pour faire cesser cela (...), il n’y a besoin que de faire cesser les clivages, les divisions (...), les généralisations, (...) que de réformer notre système social, à la base de trop d’injustices et de laissés pour compte (…) »
------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour l'UMP :

Jean-Pierre Brenas s’interroge sur la « réaction bien tardive du maire » de la capitale régionale ». « Nos premières pensées vont naturellement à la famille de la victime qui est aujourd’hui dans le chagrin, indique l’élu. Depuis le début des événements, des dizaines de voitures brûlent chaque nuit, les actes de violence et de vandalisme se multiplient ; le soir venu les bus et les tramways restent au dépôt et la vente du carburant est limitée. Malgré les efforts importants de la préfecture et des forces de l’ordre, un climat de violence inacceptable s’est installé dans certains quartiers de la ville. Il a fallu attendre dix jours pour que le maire sorte enfin de son silence et prenne une initiative pour appeler au calme et à l’arrêt des violences. Il est vrai que les questions de sécurité n’ont jamais été une préoccupation de la municipalité. Le refus obstiné et dogmatique de Serge Godard à l’installation de tout système de vidéo protection dans notre ville en est d’ailleurs la parfaite illustration. (…) Ce triste faits divers montre hélas que Clermont-Ferrand n’est en rien épargné par les violences urbaines et que l’action de la ville n’y produit que les effets annoncés ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour l'Union Syndicale Solidaire :

Le mouvement fait « part de sa peine, de son indignation et de sa colère après le décès de Wissam El Yamni. La mort de ce père de famille est directement liée aux conditions d’interpellation scandaleuses, révélatrices de pratiques répandues partout dans le pays. Elles demeurent scandaleuses quelles que soient les raisons qui ont motivé cette interpellation. Une fois de plus, ces violences policières s’exercent dans un quartier populaire. Solidaires dénonce l’attitude la préfecture qui met les quartiers populaires de l’agglomération clermontoise en état de siège avec plus de 400 policiers et gendarmes et deux hélicoptères qui les survolent la plus grande partie de la nuit depuis trois jours. Le préfet d’Auvergne, M. Lamy, prétend lutter contre l’état de non droit tout en maintenant en service pendant plus de dix jours après les faits les policiers auteurs de ces violences. (…) » 
------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour le Syndicat Alliance Police Nationale Rhônes-Alpes Auvergne :

Le syndicat « apporte son plus total soutien aux policiers de Clermont-Ferrand, du Puy-de-Dôme et des personnels des compagnies républicaines de sécurité, ainsi qu’aux policiers venus en renfort suite aux exactions commises à Clermont-Ferrand. (…) L’individu en cause, sous l’emprise de drogue, d’alcool et de médicaments, dans un état d’excitation hors du commun, commettait de graves troubles à l’ordre public qui ont nécessité son interpellation. Alliance Police nationale rappelle qu’aucune violence illégitime, au vu des éléments en sa possession, ne peut être imputée aux policiers interpellateurs, et dément formellement ce qui a pu être dit ou écrit dans les médias. L’individu défavorablement connu des services de police et dont on ne peut que déplorer le décès, a succombé, selon nos informations, des suites d’un malaise cardiaque consécutif à l’absorption de substances novices et dangereuses. Alliance Police nationale ne peut tolérer que des individus commettent des violences sous le prétexte d’un sentiment d’injustice alors, qu’en réalité, l’envie d’en découdre avec les forces de l’ordre est leur seule motivation (…) ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

Est ce que les hommes naissent libres et égaux en droits et en devoirs?

Y a un texte un peu partout sur les murs
Pour le lire putain ! Y faut une armure
Une phrase qui décalque en l'approchant...
Il faut la corriger sur le champ
Oh quel tabac ! C'est trop balèze
Cet avis de décès, un vendredi treize...
C'est quoi ce kif ? C'est du vice ou vers ça ?
C'est pas un français qui a écrit ça
Mais quelqu'un qu'aurait les oreilles et les paupières
Chargées comme un casier judiciaire
Ou qu'est tombé en laissant sur le caniveau
Le meilleur bout de son cerveau

Qu'est-ce que je lis
C'est du joli
Les hommes naissent où ça ? Mais lis !
Qu'est-ce que je lis
Que c'est joli
Les hommes naissent

Ce texte est le croisement improbable
D'un bandit de chez moi avec un cartable
Libres et égaux... entre midi et deux
Libres peut-être mais privés de CO2
Alors... sans prétention aucune
Je corrige, cette lacune
Et mieux j'ajoute au fond du pot
Un post-scriptum... fort à propos
Libres mais quand ? Les jours vacants,
De distribution de capotes au Vatican
J'ai ri, j'ai ri, mes potes idem
Car c'était moins la solution que le problème

Qu'est-ce que je lis
C'est du joli
Les hommes naissent où ça ? Mais lis !
Qu'est-ce que je lis
Que c'est joli
Les hommes naissent

Mais ça va pas !!
Est-ce un décret, est-ce une règle ?
Qui est derrière cette phrase espiègle 
Quel est cet esprit qui milite ?
Ce génie que je félicite
Car avouez qu'une telle énormité
Faut avoir mis des graines dans son thé
S'ils sont égaux les hommes, c'est à quelle heure ?
Je veux pas rater ce rendez-vous du bonheur
Je veux du concret, fais moi le portrait
Fais-moi le plan de la fabuleuse contrée
La blague est du plus bel effet
Puisque comme on dit chez nous "le mal est fait"

Qu'est-ce que je lis
C'est du joli
Les hommes naissent où ça ? Mais lis !
Qu'est-ce que je lis
Que c'est joli
Les hommes naissent

Mais ça va pas !!!
Mais ça va pas !!!

Voir les commentaires