Violences policières : anatomie d’un système pourri

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Rassemblement le Samedi 5 Janvier 2019 à 13h12 sur Paris, à Châtelet, près de la fontaine des innocents

par cjvpourwissam

Rassemblement le Samedi 5 Janvier 2019 à 13h12 sur Paris, à Châtelet, près de la fontaine des innocents

Voir les commentaires

Chronologie Générale de l’affaire Wissam El Yamni

par cjvpourwissam

Chronologie Générale de l’affaire Wissam El Yamni

Cette chronologie actualisée comporte un volet des actions du comité « Justice et Vérité pour Wissam », et un volet des actions judiciaires. Les éléments du volet judiciaire sont accompagnés d'astérisques (***) pour les distinguer de l'action militante.

La famille, depuis le premier jour de cette tragédie, épaulée par le comité, n’a comme seul et unique objectif que de faire la lumière sur la « vérité médicale ». Cette dernière étant la seule vérité pouvant amener la justice à rechercher les causes et les circonstances du décès de Wissam El Yamni pour, ensuite, prendre les mesures nécessaires pour que la justice de la République soit.

- Nuit du samedi 31 Décembre 2011 au dimanche 1er Janvier 2012 :
Interpellation de Wissam El Yamni, dans le quartier de la Gauthière, à Clermont-Ferrand.

- *** 2 Janvier 2012 :
Saisine de l’IGPN.

- *** 6 Janvier 2012 :
Le procureur de la République Gérard Davergne ouvre une information judiciaire pour «
violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » à l’encontre des deux agents de l’unité cynophile, à l’origine des premiers coups, et du transport vers le commissariat.

- Début Janvier 2012 :
Manifestations de colère des jeunes des quartiers de Clermont-Ferrand, pendant plusieurs jours, en solidarité et en contestation face à la tragédie.

- Samedi 7 Janvier 2012 :
« Marche silencieuse » en soutien à la famille El Yamni, à Clermont-Ferrand.

- 9 Janvier 2012 :
Décès de Wissam El Yamni, sans être sorti du coma.
*** Requalification des motifs de poursuites en «
violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

- Samedi 14 janvier 2012 :
« Marche blanche », vigoureusement suivie, réunissant environ 10 000 personnes, à Clermont-Ferrand 


 

- *** 24 Janvier 2012 :
Un pré-rapport d’autopsie établit qu’un décès dû à l'alcool ou à la drogue est écarté (il n'y a aucune lésion et anomalie cardiaque) alors que l'hypothèse de conséquences de gestes violents était posée. Le rapport précise que "
L'autopsie n'apporte aucun argument en faveur d'un décès directement traumatique, mais elle évoque toutefois une compression des artères carotides internes, à l'origine d'un ralentissement de la circulation sanguine, et de la perte de connaissance ".
Wissam a été autopsié comme s'il venait de mourir alors qu'il vient de faire près d'une dizaine de jours dans le coma en unité de soins intensifs et donc les traces de coups se sont estompées. Le dossier médical contenant les scanners et les radios du 1er janvier ainsi que les photos du 1er janvier ne sont pas donnés au médecin légiste. Seule la version policière, émise comme unique vérité, est prise en compte.
Des fractures sont "oubliées" ...

- *** Fin Janvier 2012 :
Le rapport de l’IGPN a conclu au décès, par pratique de la technique dite du « pliage ». Cette technique est utilisée comme un alibi.

- *** Février 2012 :
Demande d’une contre-autopsie par la famille.

- Février 2012 :
Rassemblement devant le commissariat de Clermont-Ferrand.

- 13 Mars 2012 :
Vœux publiques du conseil régional pour la vérité et la justice.

- Mars 2012 :
« Sit-in » en forme de « W », 1
ère lettre du prénom Wissam, sur la place du centre-ville. Suivi d’un débat à Clermont-Ferrand.

- Vendredi 20 Avril 2012 :
Réunion publique à Clermont-Ferrand.

- Mai 2012 :
Rencontre avec François Hollande, futur président de la république, à Clermont-Ferrand.

- Samedi 5 Mai 2012 :
Forum sur le thème du rapport « Citoyens/ Forces de l’ordre », à Clermont-Ferrand.

- Vendredi 25 Mai 2012 :
Repas publique pour Wissam, à Clermont-Ferrand.

- *** Juin 2012 :
Contre-autopsie, résultats connus en avril 2013.

- Juin 2012 :
Enterrement de Wissam El Yamni à Casablanca au Maroc (le corps est enfin redonné à sa famille 6 mois après sa mort).

- Dimanche 17 Juin 2012 :
Rassemblement le même jour de l’enterrement, en soutien à la famille El Yamni, pour ce jour de grande douleur pour la famille, à Clermont-Ferrand.

- 21 Juin 2012 :
Concert pour Wissam à Clermont-Ferrand.

- *** Février 2012 / Septembre 2012 :
Les avocats demandent différents actes d’instructions évidents, mais que les juges saisis ne font pas. Beaucoup de preuves ont, entre-temps, étaient détruites : disparition d’effets personnels de Wissam, formatage des disques durs, enregistrement téléphonique sur le parking ...

- Septembre 2012 :
Rassemblement devant le palais de justice.

- Mercredi 7- Jeudi 8 novembre 2012 :
Forum/ Projection/ Concert sur le thème des violences policières, à Clermont-Ferrand.

- *** Novembre 2012 :
La chambre d’instruction ordonne la datation des photos prises le 1er janvier au dossier.

- Mercredi 9 Janvier 2013 :
Commémoration de la mort de Wissam à Clermont-Ferrand.

- 15 Mars 2013 :
Soirée de sensibilisation et d’échanges, à Clermont-Ferrand.

- 23 Mars 2013 :
Marche nationale « VÉRITÉ & JUSTICE », à Paris.

- 4 Avril 2013 :
Discussion autour du thème des violences policières, dans le cadre du Festival « Pico y Pala » à Paris.

- 8 Avril 2013 :
Conférence "citoyens/ forces de l'ordre, un rapport de force déséquilibré" à Clermont-Ferrand.

- *** Avril 2013 :
Le rapport de contre-autopsie communiqué par le parquet retient un décès sous l'effet d'un « cocktail toxique » en relevant la présence de troubles du rythme cardiaque pendant le coma causés selon le médecin légiste par la drogue.

- Mercredi 19 juin 2013 :
Débat sur les violences policières à Lille.

- Vendredi 5 Juillet 2013 :
Soirée pour Wissam, à la fête du quartier de Croix-de-Neyrat, à Clermont-Ferrand.

- *** Juillet 2013 :
Les conclusions de l’expertise médicale sont alors soumises à un professeur de cardiologie qui, via la littérature scientifique, démontre que les anomalies du rythme cardiaque observées à l'hôpital sont la conséquence des traitements médicaux et ne peuvent pas être à l'origine du coma. Selon l'expert en cardiologie il n'a pas pu mourir d'un problème cardiaque.

- 9 Janvier 2014 :
Commémoration de la mort de Wissam, à Clermont-Ferrand.

- *** 14 Janvier 2014 :
Une nouvelle contre-expertise sur dossier est engagée.

- *** Février 2014 :
L'ordinateur devant être analysé pour la datation des photos prises le 1er janvier au dossier est formaté.

- *** Février 2014 :
Mise en examen d’un des policiers ayant arrêté et transporté Wissam.

- Dimanche 23 mars 2014 :
Rencontre publique avec pour thème, « Face aux violences policières, quelle stratégie de lutte ?» à Paris.

- *** 19 Mars 2014 :
Mise en examen du 2e policier.

- Samedi 5 avril 2014 :
Commémoration nationale contre les violences et les crimes policiers à Paris.

- Septembre 2014 :
Sortie du Livre « Permis de tuer ».

- Présentation et discussion autour du livre " Permis de tuer " :
Mercredi 24 Septembre 2014 à Montreuil,
Jeudi 23 Octobre 2014 à Paris,
Samedi 13 Décembre 2014 à Lyon,
24 Janvier 2015 à Montpellier.

- 18 et 19 Avril 2015 :
Table ronde à Saint-Étienne sur les violences policières.

- *** Mai 2015 :
Retour de l'expertise judiciaire ordonnée en janvier 2014 qui était confiée à un radiologue, une cardiologue et un médecin légiste de Reims. C’est «
un trouble du rythme ventriculaire grave induit par la consommation simultanée d’éthanol en grande quantité et de cocaïne » qui aurait selon eux causé l’arrêt cardiaque.Il n'y a dans ce rapport aucun lien, aucune bibliographie, aucune analyse du taux de drogue, aucune photo, aucun graphique, aucune preuve. Tout repose sur la confiance que l'on accorde à ces 3 personnes.

- *** Septembre 2015 :
Annulation de la mise en examen, les policiers passent sous le statut de témoins assistés.

- 31 Octobre 2015 :
Participation à une manifestation nationale dans le cadre de la « Marche pour la dignité » à Paris.

- 27, 28 Novembre 2015 :
Weekend débat/repas/projections à Clermont-Ferrand.

- *** Janvier 2016 :
La famille révèle les résultats de la contre-expertise indépendante, réalisée par l’un des plus grands experts toxicologues du monde. Celle-ci démontre de manière scientifique que Wissam n’était pas sous l’emprise de drogues au moment de l’interpellation (le taux de cocaïne démontre que la cocaïne n’est présente qu’à l’état de traces, sans principe actif). Il exclut, de fait, la mort d’origine toxique. «
Même si la cocaïne présente un risque de toxicité cardio-vasculaire, connue et décrite pour se manifester pendant 60 à 90 minutes après l’administration, il est hautement improbable que cette toxicité ait pu se manifester 6 à 8 heures après l’exposition ».

- Le 14 Mars 2016 :
L'ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture), publie un rapport « L'ordre et la force » qui parle de Wissam El Yamni. 

- 19 Mars 2016 :
Manifestation nationale pour la « Justice et la Dignité », à Paris.

- Avril 2016 :
Un membre de la famille El Yamni est reçu par le comité des droits de l'homme de l'ONU à Genève.

- Janvier 2017 :
Conférence de presse donnée par les avocats de la famille, suivie de projection/ débat/ conférence sur le thème des violences policières, à Clermont-Ferrand.

- Février 2017 :
L’Observatoire des Violences Policières Illégitimes du Puy-de-Dôme, publie un rapport sur le traitement médiatique et juridique de l’affaire « Wissam El Yamni ».

- Mars 2017 :
Conférence sur le thème des violences policières, à Clermont-Ferrand.

- Avril 2017 :
Rassemblement devant le palais de justice de Clermont-Ferrand.

- *** Avril 2017 :
La chambre d'instruction demande à la juge d'instruction de réétudier les causes médicales de la mort. Elle remarque très justement que, à la différence des expertises indépendantes, l’examen du rapport de Reims «
fait apparaitre que les experts procèdent, concernant les causes de la mort de Wissam El-Yamni, plus par affirmation que par démonstration scientifique ».

- Septembre 2017 :
La juge d'instruction n'a toujours pas nommé le nouveau collège d’experts demandé par la chambre d’instruction en avril 2017.

- Octobre 2017 :
Projection du film "Les coups de leurs privilèges" et débats à Hambourg et à Berlin.

- Novembre 2017 :
Une cérémonie du souvenir intime, pacifique et légale, organisée avec le soutien de la municipalité de Clermont-Ferrand est annulée par le préfet suite à l'annonce d'une contre-manifestation illégale et possiblement violente par une partie des syndicats policiers. Une semaine avant cette cérémonie, une lettre notifie que les retards dans la nomination du nouveau collège d'experts est la seule conséquence d'un problème de greffier.

- 27 Janvier 2018 :
Concert de soutien de La Rumeur.

- 5 Février 2018 :
Projection du film "Les coups de leurs privilèges" et débats à Clermont-Ferrand.

- 17 Février 2018 :
1ère édition du Challenge Wissam.

- 26 août 2018 :
Pique-nique convivial au parc de Cébazat. 

********************

A l'heure actuelle :
Il y avait des témoins, dans le couloir du commissariat, que l'on a écouté. La police des polices a écarté leur version et le juge d'instruction se garde bien de les écouter malgré nos demandes répétées.

Voir les commentaires

"La violence de la loi et le problème de la justice" par Serdar KENÇ

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Magouilles, nazisme et violence: un policier repenti se livre (extrait)

par cjvpourwissam

Magouilles, nazisme et violence: un policier repenti se livre (extrait)

Voir les commentaires

Canut infos

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Covoiturages pour le 5 janvier

par cjvpourwissam

Vous êtes nombreux à nous indiquer vouloir vous rendre à Paris le 5 janvier pour le rassemblement hommage à Wissam . Nous organisons des covoiturages au départ de Clermont-Ferrand. Si vous êtes intéressés merci de nous contacter avant le 2 janvier.

Justicewissam@riseup.net

Voir les commentaires

Samedi 15 décembre Lyon

par cjvpourwissam

"Dans le cadre de la sixième édition du Lyon Antifa Fest, le Groupe Antifasciste Lyon et Environs et les organisateurs du festival ont décidé de donner la parole aux familles qui ont perdu des proches à cause de la police. Ces mêmes familles, collectifs qui se battent pour que la vérité soit dite et que justice soit faite.

 

Seront présent-e-s à la conférence le samedi 15 décembre 2018 à 13H30 à la salle des Rancy (249 rue de vendôme, 69003 Lyon)

 

Assa Traoré du collectif « Justice pour Adama » et Farid El Yamni du collectif « Justice vérité pour Wissam » afin de partager leurs combats avec des familles endeuillées de la région lyonnaise.

 

Ainsi nous aurons l’honneur d’accueillir trois collectifs de la région Collectif Vérité et Justice pour Mehdi, le Comité Vérité et Justice pour Bilal ainsi que le Collectif Justice pour Mehdi Bouhouta

 

- Mehdi, 28 ans, venait de fêter la naissance de sa fille et rentrait en scooter à Vaulx-en-Velin avec deux amis de Vénissieux, le 11 décembre 2016. La police veut le contrôler, il meurt ! Si pour la police, il s’agit d’un « banal » accident de la circulation traité par la brigade routière, la famille et les proches de Mehdi réclament l’ouverture d’une réelle enquête impartiale pour que la vérité soit connue et la justice rendue.

 

- Bilal Elabdani a été retrouvé mort en prison. Il est décédé suite à une interpellation, vingt-quatre heures de garde à vue pour avoir dit « allahou Akbar » (Dieu est grand) lors d’un weekend à Marseille. La famille aurait appris sa mort par le biais d’un coup de téléphone dans la nuit du 10 Août 2017. Depuis elle n’a aucune nouvelle, l’affaire a été classée sans suite. Ce que l’on sait c’est que Bilal était malade psychiquement, reconnu handicapé et qu’il aurait écrit une lettre avant son décès pour sa famille qu’elle n’a jamais reçu.

 

- Mehdi Bouhouta a été assassiné par un inspecteur de police le 3 Septembre 2015 d’une balle dans la tête. Depuis face aux incohérences de la police la justice refuse toujours d’ouvrir une enquête sérieuse pour faire la lumière sur ce meurtre.

 

Ce sera l’occasion pour ces différents collectifs, pour les familles qui luttent, d’exprimer une parole bien trop rare sur leurs combats face à la justice, la police et l’Etat. Des combats pour que la vérité soit dite, pour que de réelles enquêtes aient lieu, pour que l’on rende leur dignité à ces proches. Ce sera aussi l’occasion de parler des pratiques policières dans les quartiers, de la violence du racisme d’Etat et de la criminalisation des habitants des quartiers populaires.

 

- Le collectif "Dar Harraga" membre du collectif "justice et vérité pour Mehdi" présent au côté des familles locales victimes de violences policières viendra poser sa table de presse ainsi que sa caisse de soutien aux prisonniers isolés et précaires (collecte de soutien pour le colis de Noël).

- Cantine pour cantiner : la thune collectée avec ce repas servira à envoyer des mandats aux prisonnier-es avec lesquel-les nous sommes en contact.

 

Cet argent pourra leur servir à cantiner. En taule, tout se paie : la télévision (8 – 10 euros par semaine), le savon, le papier hygiénique, se procurer un poste de radio, acheter des aliments en supplément des plateaux-repas généralement dégueux. Et quand on bosse, c’est pour 1,5 euros de l’heure. Ça pourra aussi servir à payer les timbres et les enveloppes pour continuer à leur écrire des lettres. Ou encore à soutenir les familles et les proches dans les frais de transports pour se rendre aux parloirs.

 

C’est un début ! Un moyen pour créer de la solidarité, aller au-delà de ces murs que l’on voudrait nous faire croire trop hauts, trop infranchissables.

 

Nous vous attendons donc nombreux et nombreuses pour venir soutenir ces combats le Samedi 15 Décembre 2018, 13h30, salle des Rancy, Lyon 3ème.

 

L’orga du Lyon Antifa Fest
Les Militant-e-s du Groupe Antifasciste Lyon & Environs
Le collectif Dar Harraga"

Voir les commentaires

Kery James - Amal [Clip Officiel]

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

L'Italie obtient enfin la vérité sur la mort de Stefano Cucchi, victime de violences policières

par cjvpourwissam

“Ils portaient l’uniforme, ils étaient deux, deux carabiniers dans une caserne, et ils ont tabassé Stefano Cucchi jusqu’au sang, l’ont jeté au sol et lui ont donné un coup de pied au visage. Aujourd’hui nous le savons, neuf ans après les faits.”
 
L’Italie obtient enfin la vérité sur la mort de Stefano Cucchi 9 ans après les faits.
 
Près de 7 ans après les faits, pour des faits similaires la vérité sur la mort de Wissam, dans le pays dit des droits de l'homme, n'est toujours pas reconnue.

Voir les commentaires