Une baleine cache une plongeuse avec sa nageoire pour la protéger d'un requin

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Rassemblements locaux en cas d'expulsion de la ZAD

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

SAN SHI LIU JI

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Expertises judiciaires, sondages, mêmes stratagèmes, même fausse objectivité, même combat

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Pour le maintien d'une cour d'appel de plein exercice à Riom

par cjvpourwissam

Pour le maintien d'une cour d'appel de plein exercice à Riom

Voir les commentaires

Black and White Doll

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Grosses pensées à la famille et aux soutiens de Rémi Fraisse et d'Houcine Bouras

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

L'intersectionnalité

par cjvpourwissam

Il y a un petit moment, on parlait de l'importance de l'approche intersectionnelle pour se libérer des injustices :

Les personnes qui ont un privilège ne sont pas conscientes qu'elles ont un privilège, si bien qu'elles les protègent avec les meilleures intentions au monde. Entre privilégiés, un privilège est un droit et ils se montent le chou pour le protéger à tout prix. Il n'y a que l'opprimé qui rappelle au privilégié son privilège. Ce que le privilégié  ressent quand l'opprimé lui parle de ses oppressions c'est une impression de haine. Alors qu'en réalité, il n'y a là que la haine de l'injustice. Mais le risque de remettre en cause une oppression donne le vertige au privilégié parce qu'il ressent au fond de lui, justement, intuitivement, que ça remettrait en cause d'autres privilèges dont il jouit.

L'intersectionnalité

On voit à travers cet exemple comment des femmes, blanches, bourgeoises protègent inconsciemment des discriminations de genre pour mieux protéger d'autres privilèges.

 

On voit à travers cet exemple toute la force aliénante des systèmes d'oppression.

 

Malcom X parlait par exemple du nègre de maison et du nègre des champs :

Le mot : "haine" est l'indicateur. Lorsque vous l'entendez tendez l'oreille.

 

Pour ces personnes, il y aurait des injustices acceptables. Ce qu'elles ne disent pas c'est qu'elles profitent de ces injustices et qu'en réalité leur demande de lâcheté, de compromis, n'est qu'un reflet de leur propre lâcheté, de leur propre renoncement, et leur volonté de profiter au maximum d'un système d'oppression.

Voir les commentaires

Situation kafkaienne

par cjvpourwissam

Situation kafkaienne

En 2013, nous avions enfin la partie du puzzle, celle qui permettait de tout comprendre : la version des témoins du commissariat qui ont vu 5 policiers s'acharner sur Wissam malgré ses cris jusqu'à ce qu'il tombe dans le coma. 

 

Depuis 2013, nos avocats et nous même répétons aux juges d'instruction et partout où l'on passe que ces témoignages doivent être entendus des juges d'instruction et donnés à des experts honnêtes et que sans cette partie du puzzle, la vérité ne peut être faite. 

 

Depuis 2013, les juges d'instruction nous méprisent et méprisent par là même la clé de la vérité. 

 

Depuis 2013, nous avons l'impression d'être la mouche de Kafka, celle qui communique et dont on n'écoute pas. 

 

Depuis 2013, la justice et son bras (la police des polices) sélectionnent les témoins pour ne donner aux experts que ceux qui ignorent les événements du commissariat.

 

Depuis le début, tout passe par la police des polices qui ignore les preuves et les témoignages (cf photos trafiquées).  

 

Depuis 2013, la justice ne veut pas que la vérité entre dans le dossier parce qu'elle serait impossible à freiner étant donné que c'est la vérité.

 

Mais pourquoi les enquêteurs agissent ainsi ? 

 

Ne pouvant imposer un mensonge, ils souhaitent enterrer l'affaire en disant qu'il n'y a pas assez d'éléments. 

 

Les éléments pour tout comprendre sont pourtant à portée de mains, nous les connaissons, mais la justice refuse de les prendre ! 

 

Les mêmes versions des témoins inoffensifs sur les lieux de l'interpellation, les mêmes hypothèses (strangulation, origine toxique, pliage) n'ayant pas entraînées la mort, sont données  aux experts qui doivent rendre leur rapport bientôt.

 

C'est tellement facile de détruire des hypothèses qui n'ont pas provoqué la mort quand on connaît la vérité. 

 

Et encore une fois on détruira ce rapport parce que la vérité n'est pas là. 

 

Elle n'est pas là parce que le juge d'instruction ne donne pas aux experts les éléments lui permettant de la faire. 

 

La version des témoins du commissariat et l'hypothèse de mort à la suite de coups ne sont jamais données ni envisagées par les experts.

 

C'est cette version dont il faut demander aux experts si elle est plausible et pas la version policière.

 

Elle est là la seule vérité. 

 

Nous prévenons, nous prévenons, nous prévenons mais la justice est sourde et aveugle.

 

Qu'ils continuent à faire leurs plans machiavéliques en disant que cette fois ils réussiront à nous faire taire définitivement. 

 

Sans justice et sans vérité, ça leur sera impossible car sans la justice et la vérité nous n'abandonnerons jamais ! 

Voir les commentaires

Samedi 27 Janvier, La Rumeur sera à Riom pour un concert en soutien à Justice et Vérité pour Wissam

par cjvpourwissam

Samedi 27 Janvier, La Rumeur sera à Riom pour un concert en soutien à Justice et Vérité pour Wissam

Voir les commentaires