Scred Connexion - Justice pour Tous

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

#JusticePourGaye

par cjvpourwissam

#JusticePourGaye

" Douze ans que je milite, douze années que j'ai décidé de faire des violences Policières et des ségrégations, mon combat.

 


Douze ans, année après année je constate que c'est la même rengaine, les mêmes scénarios, les mêmes défunts qu'on enterre et qu'on veut nous faire oublier.

 


J'avais 15 ans lorsque j'ai participé à ma première manifestation, j'en ai 28. Je suis très fatiguée et très triste mais je ne lâcherai jamais aucun de mes principes.

 


Nous on ne se réjouit pas de la mort d'un flic, bref on n'a jamais souhaité la mort de quiconque, on ne s'est jamais réjouit de la mort de quiconque, on n'a jamais incité à la violence, et on a toujours condamné toutes les violences d'où qu'elles proviennent... Et voir tous ces êtres humains manquer cruellement de respect à notre dernier défunt en date, Gaye Camara. Ça me rappelle ce qu'ils ont dit d'Adama Traoré.

 


La vie de nos jeunes ne compte pas.

 


Nos morts ne sont pas les leurs.

 


Nos morts ne comptent pas.

 


Ils ne nous aiment pas, ça on s'en fiche.

 


Mais de là à rire de nos souffrances et rire de la mort.

 

 

C'est quelque chose qui me paraît tellement inhumain et effroyable.

 


Douze ans, que je supporte les moqueries et le racisme banalisé en soutenant cette cause.

 


Douze ans que je vois des frères tomber.

 


Douze ans que je connais par cœur le discours des fachos, douze ans que je mange leur argumentation bidon.

 


Douze ans que j'ai conscience que ma vie n'a aucune ressemblance avec la leur. Et que mes douleurs, ne peuvent être comprises que par les miens. Et finalement douze ans que je me maintiens qu'avec les miens, ceux qui savent ce qu'on vit, qui le vivent.

 


Douze ans, que je méprise ces connards pour ne pas dire chiens car on insulte pas les chiens.

 


Douze ans que je sais, et que j'ai les yeux grands ouverts sur la réalité Française dont Nessbeal parle dans son titre.

 


Douze ans que je n'ai plus confiance, et douze ans que je n'attends plus rien d'eux car depuis j'ai appris à comprendre ...

 

 

Mais là.

 


J'avoue ça me fait mal.

 


Quand le mort t'est proche, c'est comme si on enlevait une partie de toi, on la broie et on te rend les morceaux en guise de remerciements pour ta valeur citoyenne ajoutée.

 


Quand ils insultent ce mort, ils me brisent une partie de moi-même, surtout quand tu sais que ce mort était tout sauf ce qu'ils décrivent, quand tu regardes ses dernières photos et que tu imagines ses derniers instants, oh Seigneur je pense tellement fort à sa famille.

 


J'ai tellement mal.

 


Je suis hors de moi.

 


Je ne pardonne aucune personne qui a manqué de respect à Gaye dans sa mort, aucune personne. Même si c'était ma mère.

 


Manquer de respect à notre défunt Gaye que Dieu fasse miséricorde de son âme, c'est déchirer l'humanité en deux et créer encore plus de barrières qu'il n'en existe déjà entre nous et vous.
Vous tuez notre mort, à chaque fois que vous sous-entendez qu'il était un délinquant. Vous l'assassinez une nouvelle fois.

 


Et comme j'ai dit à celles et ceux qui me mettent dans tous mes états en insultant GAYE,
J'espère que ça vous arrivera, soit à vous, soit à une de vos proches. Pour que vous compreniez ce qu'on vit.

 


Et que vous vous demandiez encore comment on n'a pas fait pour tout brûler et niquer la Licepo !"

Voir les commentaires

Procès des slogans en manifestation : mobilisation pour la belle-sœur de Mehdi convoquée au tribunal vendredi 26 janvier

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Mardi 20 mars à 20h

par cjvpourwissam

Mardi 20 mars à 20h 

Les derniers parisiens Séance suivie d’une rencontre avec Hamé et Ekoué, réalisateurs. A l’initiative des Amis du Temps des Cerises, en partenariat avec le Comité Justice et Vérité pour Wissam et les Amis de l’Huma. 

Voir les commentaires

Lettre ouverte de Yann Moix à Emmanuel Macron

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Résistons ensemble

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Peuple, souviens-toi

par cjvpourwissam

Peuple, souviens-toi
" Peuple, souviens-toi que, si dans la République la justice ne règne pas avec un empire absolu, et si ce mot ne signifie pas l’amour de l’égalité et de la patrie, la liberté n’est qu’un vain nom !
 
 
Peuple, toi que l’on craint, que l’on flatte et que l’on méprise ; toi, souverain reconnu, qu’on traite toujours en esclave, souviens-toi que partout où la justice ne règne pas, ce sont les passions des magistrats, et que le peuple a changé de chaînes, et non de destinées !
 
 
Souviens-toi qu’il existe dans ton sein une ligue de fripons qui lutte contre la vertu publique, et qui a plus d’influence que toi-même sur tes propres affaires, qui te redoute et te flatte en masse, mais te proscrit en détail dans la personne de tous les bons citoyens !
 
 
Rappelle-toi que, loin de sacrifier cette nuée de fripons à ton bonheur, tes ennemis veulent te sacrifier à cette poignée de fripons, auteurs de tous nos maux, et seuls obstacles à la prospérité publique !
 
 
Sache que tout homme qui s’élèvera pour défendre ta cause et la morale publique sera accablé d’avanies et proscrit par les fripons ; sache que tout ami de la liberté sera toujours placé entre un devoir et une calomnie ; que ceux qui ne pourront être accusés d’avoir trahi seront accusés d’ambition ; que l’influence de la probité et des principes sera comparée à la force de la tyrannie et à la violence des factions ; que ta confiance et ton estime seront des titres de proscription pour tous tes amis ; que les cris du patriotisme opprimé seront appelés des cris de sédition, et que, n’osant t’attaquer toi-même en masse, on te proscrira en détail dans la personne de tous les bons citoyens, jusqu’à ce que les ambitieux aient organisé leur tyrannie.
 
 
Tel est l’empire des tyrans armés contre nous, telle est l’influence de leur ligue avec tous les hommes corrompus, toujours portés à les servir."

Voir les commentaires

Nightcall

par cjvpourwissam

« Tout ce qu'il y avait de bon, de grand, de généreux, d’indépendant chez l'homme s’émoussent peu à peu, se rouillent comme un couteau resté sans usage.

 

Le mensonge devient vertu, la platitude un devoir.

 

S'enrichir, jouir du monde, épuiser son intelligence, son ardeur, son énergie, n'importe comment devient le mot d'ordre des classes aisées aussi bien que de la multitude des gens pauvres dont l’idéal est de paraître bourgeois.

 

Alors la dépravation des gouvernements, du juge, du clergé et des classes plus au moins aisées devient si révoltante que l'autre conciliation du pendule commence.

 

La jeunesse s'affranchit peu à peu, elle jette les préjugés par-dessus bord, la critique revient, la pensée se réveille, chez quelques uns d'abord mais insensiblement le réveil gagne le grand nombre, la poussée se fait. »

 

Anonyme

Voir les commentaires

A la recherche de la mystérieuse cache d’armes de Notre-Dame-des-Landes

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Pantin : le harcèlement policier continue contre la famille Kraiker !

par cjvpourwissam

Voir les commentaires