"Ne posez pas de questions, on ne vous dira pas de mensonges"

par cjvpourwissam

"Ne posez pas de questions, on ne vous dira pas de mensonges"

Aujourd'hui, une contre autopsie a été menée à la demande de la famille pour déterminer les causes de la mort d'Adama Traore, mort dans les mais de la gendarmerie après son interpellation il y a une semaine. Elle a conclu de nouveau à des causes inconnues. Le procureur va même jusqu'à incriminer la canicule...
Hélas, l'histoire nous l'a appris, les experts aux ordres vont bien souvent dans le sens des mensonges policiers pour couvrir l'institution.
Et ça fait mal, que la vérité ne sorte jamais dans ces cas-là. Pour s'en rappeler, on écoute le récit de Farid, frère de Wissam El Yamni mort dans des circonstances très proches la nuit de la Saint Sylvestre 2012, et sur qui on a pratiqué les mêmes autopsies bidon pour aboutir à une totale impunité policière, comme toujours.

http://lalocale.ckdevelop.org/news/news.php?id=1225

Voir les commentaires

Au tour du New York Times

par cjvpourwissam

Au tour du New York Times

Dans un éditorial consacré à la mort du jeune noir à Beaumont-sur-Oise, le quotidien américain fustige le racisme de la police hexagonale et l'indifférence du gouvernement.

  • Adama Traoré : le «New York Times dénonce «l'impunité» de la police française

«Black Lives Matter in France, Too» : dans un éditorial, qui reprend en titre le nom du mouvement de lutte contre les violences policières né aux Etats-Unis, le New York Times dénonce le comportement de la police française dans l'affaire Adama Traoré – ce jeune Noir décédé le 19 juillet lors de son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise).

Le décès de ce jeune homme de 24 ans, dont la mort reste toujours sans explication officielle, alors que deux expertises font état d’une «asphyxie», a entraîné «de violents affrontements entre les minorités en colère et des officiers de police», rappelle le quotidien américain, qui dresse un parallèle avec les émeutes d'octobre 2005 déclenchées après la mort de Zyed et Bouna dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois - dossier dans lequel les deux policiers poursuivis ont d’ailleurs été relaxés, rappelle le quotidien.

«Culture d’impunité profondément ancrée»

Depuis, les manifestants ont repris à leur compte le mouvement Black Lives Matter, né de l'autre côté de l'Atlantique, se félicite le New York Times, qui ne s'étonne pas de cette réappropriation : «Il y a des différences importantes entre les histoires des relations interraciales aux Etats-Unis et en France, où le racisme prend racine dans le passé colonial français, explique le quotidien. Cependant, il n'est pas surprenant que le mouvement Black Lives Matter trouve un écho en France : les organisations de défense des droits de l'homme ont fait état ces dernières années d'une culture d'impunité, profondément ancrée au sein de la police française, et donnant lieu à des abus à l’égard des minorités», détaille le quotidien américain, qui cite notamment une étude de 2009 sur le délit de faciès, selon laquelle un Noir ou un Arabe (ou perçu comme tel) à six à huit fois plus de chances de se faire contrôler à Paris.

Ce type de discriminations se sont multipliées depuis le début de l'état d'urgence, déclarée après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, poursuit l'éditorial. Et à l’heure de la lutte contre le terrorisme, la recension des abus policiers contre les minorités ne semble pas non plus être une priorité. Le quotidien américain rappelle également la promesse formulée en 2012 par le candidat Hollande de lutter contre le contrôle au faciès, et la décision inédite, fin juin, de la Cour d'appel de Paris de condamner l'Etat pour des contrôles d’identité réalisés à l’encontre d’hommes noirs ou arabes. Malgré cette mise en garde, les députés ont enterré fin juin l’expérimentation du récépissé, censé lutter contre les contrôles au faciès, notamment après que Bernard Cazeneuve a répété que ce n'était pas le moment de jeter la moindre «suspicion» sur les forces de l’ordre.

«Un argument dangeureux» pour le New York Times, qui appelle la justice française à mettre un terme aux discriminations. «L'État islamique a montré qu’il sait exploiter les sentiments de colère et de l’aliénation à des fins meurtrières», met en garde le quotidien, avant de conclure : «Maintenant plus que jamais, la police a besoin d'instaurer la confiance avec les minorités en respectant les droits de tous les citoyens français, quelle que soit leur religion ou leur couleur de peau, et montrer que la justice doit être appliquée de manière équitable.»

Source :

http://www.liberation.fr/france/2016/07/30/adama-traore-le-new-york-times-denonce-l-impunite-de-la-police-francaise_1469483

Voir les commentaires

Retour sur la journée du 9 Juillet à La Busserine

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

#legitimedefiance et bon sens

par cjvpourwissam

#legitimedefiance et bon sens

Voir les commentaires

Errare humanum est perseverare diabolicum

par cjvpourwissam

Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum
Errare humanum est perseverare diabolicum

Voir les commentaires

Petit rappel

par cjvpourwissam

Petit rappel

Petit rappel en 2012 Wissam tombait dans le coma suite à une arrestation policière.

Le procureur s empressait de dire à la presse qu'il n avait pas subit de violences et que les causes de la mort ne sont pas les conséquences de violences policières.

Toutes les conclusions médiatisées de la première autopsie étaient fausses.

Wissam n'était pas sous emprise de drogues lors de son interpellation comme l affirmera à repetition le procureur ce que revellera une expertise indépendante.

Il n y avait aucune anomalie cardiaque comme le revellera une autre expertise indépendante.

Au moins 3 fractures ont été oublié sur cette autopsie pendant que des excroissances toutes petites étaient relevées.

Des marques de strangulation dissimulées en marques de frottements de vetements.

Les mensonges ne sont pas simplement médicales : photos antidatees, disparitions enregistrements audios, faux appel téléphonique, criminalisation ...

5 ans après alors que les mensonges sont prouvés, la famille attend toujours la vérité médicale.

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2012/05/16/autopsie-de-wissam-le-parquet-exclut-une-mort-due-aux-coups-des-policiers-video_164827.html

Voir les commentaires

Justice et vérité pour Adama Traoré

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

La vie des noirs compte

par cjvpourwissam

La vie des noirs compte

En France, on est plus civilisé.

On assassine en cachette et on acquitte après un long silence.

La barbarie froide de la civilisation.

Nous ne demandons pas la lune mais le droit à une vie digne. Le droit de ne pas être simplement des objets sociaux mais des individus dont les vies comptent et dont les droits ne sont pas considérés comme des privilèges.

Le droit d'avoir des droits.

Nous demandons le droit d'être traités en tant qu'humains, d'être respectés en tant qu'humains, de jouir des memes droits qu'un être humain ici et maintenant !

Voir les commentaires

On a tout essayé en banlieues sauf ...

par cjvpourwissam

Voir les commentaires

Ce qu'a probablement vécu Wissam dans le couloir du commissariat

par cjvpourwissam

Ce qu'a probablement vécu Wissam dans le couloir du commissariat

" Par contre, une fois à l’abri du regard des journalistes, dans un couloir de la sous-préfecture, la police a couché, ventre et visage face au sol, un des 5 militants, Txetx Etcheverry, qui est un des principaux animateurs de Bizi.

Il a alors subi un passage à tabac en règle de la part d’un des policiers (que Txetx ne connait pas) qui s’en prenait personnellement à lui, en l’appelant Txetx et en lui disant “tu nous emmerdes, on en a marre de toi etc.”. Le policier a donné de nombreux coups de matraque sur le dos et les jambes de Txetx, et alors que ce dernier était menotté dans le dos et toujours couché face au sol lui a infligé deux violents coups de rangers dans le visage.

Puis il a serré de tout son poids la tête de Txetx sur le sol, de profil, le coup tordu. Txetx a protesté en avertissant que cela lui causait une tension insupportable au niveau des vertèbres cervicales, et qu’il risquait le “coup du lapin”. Malgré cela le policier a continué, aggravant sa pression.

Cette scène inadmissible et incompréhensible (les militants de Bizi n’avaient eu aucun geste ou propos déplacé envers les policiers, et tout se déroulait calmement sinon) s’est arrêtée au bout de quelques minutes.

Les 5 militants ont été placés en garde à vue (ils en sortis à 13H30). Txetx y a été examiné par un médecin, qui a établi un certificat constatant plusieurs lésions et hématomes sur les jambes, les bras, le dos et le visage de Txetx."

http://www.revolutionpermanente.fr/Loi-Travail-Tabassage-en-regle-d-un-militant-menotte-a-Bayonne

Voir les commentaires