Monsieur Cazeneuve entendez vous les voix dissonantes ?

"Le Point.fr a posé la question à des citoyens de toutes origines. Leurs réponses indiquent que, plus que la sécurité et l'ordre, eux aussi demandent à la police avant tout qu'elle les respecte."


Voir les commentaires

#semaineabuspoliciers

"Suite à cette interpellation, le jeune homme, qui se fait appeler "Anis Oranwood" sur les réseaux sociaux est condamné à 6 mois de prison dont 3 avec sursis pour rebellion et outrage à agents."

Admirez l'irresponsabilité de la mafia policière dans le lien suivant http://france3-regions.francetvinfo.fr/.../metz-des...

 

monstre.jpg

 

Voir les commentaires

LES ASSOCIATIONS LANCENT UNE SEMAINE DE SENSIBILISATION SUR LES ABUS POLICIERS

 

 

LES ASSOCIATIONS LANCENT UNE SEMAINE DE SENSIBILISATION SUR LES ABUS POLICIERS 

  

Face à une recrudescence de contrôles d’identité abusifs et de violences policières depuis le mois d’avril et au silence assourdissant d’un gouvernement qui ne semble toujours pas disposé à tenir ses engagements pour y remédier, plusieurs associations et collectifs ont décidé de dédier cette semaine à la sensibilisation du grand public aux abus policiers. 

  

Vidéos, sortie d’un Guide d’Action, sensibilisation aux droits, rencontres-débats, ateliers, maraudes sur la région parisienne, mais aussi à Nice, Metz, Lille ... la #SemaineAbusPoliciers, qui débute mardi 21 octobre, se terminera le 27 octobre, en hommage à Zyed Benna et Bouna Traoré, morts lors d’une contrôle d’identité à Clichy-Sous-Bois en 2005, sans qu’aient été pour l’instant jugés les policiers impliqués dans le drame. 

 

La semaine dernière, les associations Urgence Notre Police Assassine, La Voix des Rroms, #FergusonInParis et Les Indivisibles lançaient déjà un cri d’alerte[1] à Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, prompt à applaudir le « formidable sens du service public » de gendarmes scandant en réalité « 1, 2, 3, Viva l’Algérie » pour imiter des émeutiers, mais silencieux face aux trop nombreux passages à tabac et morts dans le cadre d’interventions policières depuis son arrivée. Ils appelaient la population à apprendre à se défendre face à une République qui non seulement est sourde à leur mise en danger, mais semble l’encourager.

 

L’opération #SemaineAbusPoliciers qui s’en suit a vocation à initier un large mouvement de solidarité et de vigilance pour former chacun aux droits et aux recours face aux abus de pouvoir d’agents des forces de l’ordre, qu’il s’agisse de contrôles au faciès, de violences verbales ou physiques, ou du cas dévastateur de mort dans le cadre d’une interpellation. Elle annonce un renforcement des liens entre les différentes associations et instances de lutte contre ces abus à travers la France, mais à aussi à l’étranger, afin d’alerter l’opinion publique internationale sur la situation française.

 

PROGRAMME DE LA #SemaineAbusPoliciers

 

21 octobre : Mise en ligne du Guide d’Action[2] face aux contrôles abusifs réalisé parStop le contrôle au faciès, offrant informations juridiques, outils de mobilisation, sensibilisation et de recours en cas d’abus, permettant à chacun d’agir à sa manière et à son niveau.

 

22 octobre : Journée contre les abus policiers à Lille (maraudes, rencontre inter-associative, projection-débat…) en partenariat avec le Comité Sans Papiers et le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires.

 

23 octobre :

·       à Montreuil, les Collectifs Angles Morts et Urgence Notre Police Assassine présenteront l’ouvrage « Permis de tuer » co-écrit par 6 familles de victimes de crimes policiers

·       à Metz, des membres du Collectif Stop le contrôle au faciès et l’antenne locale de la Ligue des Droits de l’Homme se réuniront en soutien à « Anis », victime de harcèlement par les forces de l’ordre locales depuis qu’il a survécu à une grave agression policière dont il a conservé les vidéos.[3]

 

24 octobre : rencontre-débat sur les droits et recours face aux abus policiers de 19h à 21h à Nice, organisée par les antennes locales du Collectif Contre l’Islamophobie en France, de la Ligue des Droits de l’Homme et du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.

 

25 octobre :

·       14h30 – 17h30, Place des Innocents à Châtelet, Paris : opération photos, distribution du Guide d’Actions, diffusion du numéro de recours, installation de l’appli Stop le contrôle au Faciès, mise à disposition du livre Permis de Tuer

·       18h00, Place du Trocadéro, opération photo #FergusonInParis en soutien et écho au mois d’action #FergusonOctober aux Etat-Unis

 

26 octobre : Opération Twitter

 

Du 21 au 27 octobre : diffusion d’épisodes inédits de la saison 2 de la web-série « Mon 1er contrôle d’identité », faisant témoigner chercheurs, journalistes, avocats, élus, conseillers à l’OSCE ou à l’ONU sur leur expérience d’abus policiers.

La saison 1, sortie en novembre 2011 sur YouTube, avait réuni une trentaine de rappeurs français, diffusait un numéro de SMS à utiliser en cas de contrôle au faciès introduisant le sujet sur la scène médiatique et politique en France, et permettant la 1èreaction en justice contre l’Etat en avril 2012.

 

---

 

 

CONTACTS :

 

Stop le contrôle au faciès : 06 98 97 28 54

 

Sihame Assbague : 06 27 00 32 00

porte parole Stop le contrôle au faciès

 

Amal Bentounsi : 06 60 19 53 98

porte parole Stop le contrôle au faciès / Urgence notre police assassine

 

Medy Bigaderne : 06 13 94 04 50

porte parole Stop le contrôle au faciès / ACLEFEU / Au delà des mots

 

Elsa Ray : 02 27 36 84 19

porte parole Stop le contrôle au faciès / Collectif Contre l’Islamophobie en France

 

Bocar Niane : 06 65 69 33 01

porte parole Stop le contrôle au faciès / Cité en Mouvement / plaignant contre l’Etat

 

Saimir Mile : 06 68 10 72 27

porte parole La Voix des Rroms

 

Youssouf : 06 22 52 38 79

porte parole #FergusonInParis

 

Jonathan : 06 10 60 10 23

porte parole Collectif Angles Morts

 

Voir les commentaires

TRIBUNE "M. le ministre de l'Intérieur, n'entendez-vous pas ces voix dissonnantes?"

"M. le ministre de l'Intérieur, n'entendez-vous pas ces voix dissonnantes?

 

 

Vous avez assisté, lundi 6 octobre, à une simulation d'émeute par des gendarmes, dont vous avez salué le "bel esprit de service public". Les images tournées par l'équipe du Petit Journal de Canal + à cette occasion révélaient peu après que ces agents des forces de l'ordre scandaient en réalité "1, 2, 3, Viva l'Algérie !", sans doute pour rendre la scène plus "réaliste" à leurs yeux. Des mots que vous n'aviez pas, d'où vous étiez situé, entendus. 
 
Nous aurions pu, en attendant votre condamnation ferme et sans équivoque de ces faits, lancer une campagne humoristique avec des fiches thématiques adressées aux forces de l'ordre : "Se préparer face à un émeutier noir", "Interpeller un banlieusard", "Préparer une intervention dans un camp Rrom", "Les différences entre les casquettes et les bonnets rouges"... Mais passé un certain stade, le ridicule ne fait plus rire, il suscite la colère.
 
Peut-être n'avez-vous pas "entendu" parler, non plus, de ces policiers qui ont manqué de tuer un jeune père de famille à Metz en le passant à tabac le 29 août, le harcèlent, l'intimident et l'agressent régulièrement depuis pour obtenir les vidéos de l'incident? Pourtant, sa vie est mise en danger par le formidable "esprit du service public" de certains vos agents.


 
Peut-être n'avez-vous pas non plus "entendu" parler des agents de police d'Arpajon, en Essonne, qui le 23 septembre dernier ont tabassé Raymond Gurême, 89 ans,Chevalier des Arts et des Lettres, rescapé des camps d'internement que la République a réservé aux Rroms de 1939 à 1946? Cette agression par vos agents du "service public" a pourtant suscité beaucoup d'émoi auprès des centaines d'européens venus l'entendre raconter son histoire de "Tzigane" français, interné, résistant et déporté, à Auschwitz Birkenau, un mois plus tôt. 
 
Peut-être n'avez-vous pas "entendu" parler des morts dans le cadre ou des suites d'une interpellation, voire d'un transfert de détenu, d'une balle dans la têteou de "causes naturelles", en garde à vue, depuis votre prise de fonction? Cela expliquerait peut-être pourquoi personne n'a été mis en examen, et pourquoi il n'y a toujours pas de réflexion sur une commission d'enquête particulière dans le cadre de crimes et délits commis par des agents de ce sacré "service public".
 
Peut-être n'avez-vous pas non plus "entendu" parler des contrôles d'identité discriminatoires et abusifs que continuent de vivre vos concitoyens au quotidien, sans pouvoir les prouver ou obtenir un recours. Oui, votre prédécesseur, maintenant Premier Ministre, avait balayé les réformes pour y mettre fin d'un revers de la main, les jugeant "trop compliquées", alors qu'elles garantissent le maintien du "sens du service public" dans nos pays voisins.
 
Peut-être enfin n'avez vous pas "entendu" parler du formidable élan, fidèle, sans doute, à "l'esprit du service public" qu'a eu le syndicat Unité SGP Police FO à Calais lundi 13 octobre, en appelant la population à s'unir face à l'afflux des "migrants", responsables selon eux d'une augmentation rapide de délits, alors que les autorités locales le démentent. 
 
Monsieur le Ministre, votre surdité n'a d'égal que votre silence, qui ne peut qu'être lu comme un consentement tacite. Le message envoyé aux millions d'habitants d'un pays qui se targue d'être celui des Droits de l'Homme et du Citoyen est clair: le "service public" n'a vocation qu'à servir une partie des Français. Les autres - les Noirs, les Arabes, les Rroms, les "migrants", les Musulmans, les habitants de quartiers populaires, doivent se débrouiller, mais aussi se défendre seuls, car la France ne les a pas seulement abandonnés: elle encourage et applaudit leur mise en danger."

Amal Bentounsi (Urgence Notre Police Assassine)

Pierre Chaupinaud (La Voix des Rroms)

Amadou Ka (Les Indivisibles)

Fatou Meite (Stop le Contrôle au Faciès)

Lien : http://www.huffingtonpost.fr/amal-bentousi/lettre-ouverte-cazeneuve-stop-controle-facies_b_6002988.html

Voir les commentaires

Constat empirique

bulles4.jpg

 

Or, pas plus aujourd’hui qu’hier, il ne peut suffire, pour abattre cette minorité, de disséquer les mensonges sociaux qui lui servent de principes, de dévoiler son iniquité, d’étaler ses crimes. Contre la force brutale, l’idée réduite à ses seules moyens de persuasion est vaincue d’avance. C’est que l’idée, la pensée, tant belle soit-elle, n’est que bulle de savon si elle ne s’étaye pas sur la force, si elle n’est pas fécondée par elle.

Donc, pour que cesse l’inconscient sacrifice des majorités à une minorité jouisseuse et scélérate, que faut-il ?

Qu’il se constitue une force capable de contrebalancer celle que la classe possédante et dirigeante tire de la veulerie et de l’ignorance populaires."

Emile Pouget

 

Cette force il nous appartient de la matérialiser ! 

Voir les commentaires

Article 35

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »


Voir les commentaires

Article 12 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

« La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. » 

Voir les commentaires

Rencontre Jeudi 23 Octobre Paris

23octobre.jpg

Voir les commentaires

Disparition de preuves dans le viol du 36 quai des orfèvres comme ailleurs

mafia.jpg

La mafia policière a encore détruit des preuves impunément


Voir les commentaires

Discussion autour du livre 'Permis de tuer - Chronique de l'impunité policière le Mercredi 24 Septembre 2014

Discussion autour du livre 'Permis de tuer - Chronique de l'impunité policière

 

le Mercredi 24 Septembre 2014 18:30 - 21:00
Café-librairie Michèle Firk - 9, rue François Debergue
93100 Montreuil

 

10659423_465828816893212_5005673741023916969_n.jpg

Voir les commentaires